Ayant pris le relais de la loi Duflot, la loi Pinel permet d'obtenir un avantage fiscal pour certains investissements immobiliers locatifs réalisés. On vous explique cela en détail dans cet article.
©iStockIstock

Le principe de l’avantage fiscal de la loi Pinel

Publicité

Faisant suite à la loi de 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (dite loi Duflot), le texte de la loi Pinel en reprend le principe, à savoir celui d’inciter les Français à investir dans l’immobilier locatif pour faire baisser le prix des loyers des zones de logement très sollicitées. Ainsi, la loi Pinel vous permet d’obtenir une déduction d’impôt sur le revenu allant jusqu'à 21 % du montant de votre investissement immobilier, dans la limite de 63 000 €. La loi Pinel va donc plus loin en termes d’avantage fiscal que la loi Duflot qui fixait, elle, un taux maximum de 18 % de déduction fiscale.

Publicité

Les détails de l’avantage fiscal de la loi Pinel

Alors que le dispositif issu de la loi Pinel devait prendre fin le 31 décembre 2017, le gouvernement l’a étendu en 2018 pour quatre nouvelles années, en y faisant quelques modifications. Désormais, l’investissement immobilier devra obligatoirement se faire dans les zones A bis, A et B1, qui sont les zones d’habitation où la demande en logements est la plus forte. En revanche, il faut toujours acheter un logement neuf et répondant aux normes écologiques, puis s’engager à le louer pendant 6 ans (pour obtenir 12 % de déduction fiscale), 9 ans (pour obtenir 18 % de déduction fiscale) ou 12 ans (pour obtenir l’avantage fiscal maximum de 21 % de déduction) en respectant des plafonds locatifs.