Simon Liberati reçoit le prix Femina pour Jayne Mansfield 1967 (Grasset), un récit qui suit le destin tragique de la star mythique, sur fond de cinéma vénéneux et de désillusions fantasmatiques.

A Hollywood, on achève bien les blondes ...

>Accéder à la fiche de Simon Liberati

>Accéder à la fiche de Jayne Mansfield 1967

>Lire notre critique du roman

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.