François Baroin, chef de file des Républicains pour les législatives, rêve encore de majorité absolue sur les bancs de l'Assemblée nationale. Dans les pages du Parisien, le maire de Troyes  s'est dit prêt au "partage des responsabilités" avec Emmanuel Macron en cas de victoire le 18 juin. 
©AFP

François Baroin y croit encore. Le dimanche 18 juin, Les Républicains peuvent remporter les élections législatives et gouverner avec Emmanuel Macron. "Si nous sommes en responsabilité aux côtés du président, je ne doute pas du soutien qu'il apportera à notre majorité pour redonner de la force à notre pays", indique le maire de Troyes dans les pages du Parisien.

Et si son parti peut gagner, c'est parce que l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Élysée ne reflète pas la pensée profonde des Français. "Le vrai visage de la France, c'est celui d'un pays fracturé comme jamais, celui du premier tour de la présidentielle. [...] Près d'un Français sur deux était prêt à choisir entre le chaos et l'anarchie. Il y a un risque social majeur, plus élevé que ce que l'on n’a jamais vécu", précise François Baroin.

"Nous ne sommes pas une droite scrogneugneu"

Le maire de Troyes est prêt à partager le pouvoir avec le nouveau président de la République, mais pas à n'importe quel prix. "Personne ne veut bloquer le pays. Nous ne sommes pas une droite scrogneugneu. Mais une coalition, ce n'est pas une addition d'individualités dans un gouvernement provisoire qui n'a d'autre objectif que d'obtenir une majorité absolue pour En Marche ! ", précise-t-il.

À lire aussi : François Baroin, qui sont ses trois enfants ?

Mais si François Baroin accède à Matignon, il ne cache pas qu'il pourrait s'opposer à quelques volontés du président Macron : "Nous avons des divergences sur à peu près tous les sujets. Sur le plan de la sécurité et de l'immigration, de la famille, nous proposons des caps totalement opposés. [...]. Si nous avons la majorité absolue, c'est notre projet qui sera mis en oeuvre. [...] Certains parlent de covoiturage, mais c'est un terme impropre aux institutions. Il s'agit en tout cas d'un partage de responsabilité.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :