D'après une enquête de "Mediapart", une candidate La République En Marche a mis en location un appartement insalubre à un prix exorbitant dans le centre-ville de Saint-Denis. 
©AFP

À quelques jours du premier tour des législatives, une candidate LREM se trouve dans une mauvaise posture. Véronique Avril, candidate dans la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis, est accusée d’avoir mis en location un logement dans un appartement insalubre dans le centre-ville de Saint-Denis, a révélé le site Mediapart. D’après l’enquête, elle a acheté l'appartement de 23 mètres carrés en 2011 qui était classé en état de péril immobilier depuis 2004.

"Le fait qu'elle ait pu louer dans ces conditions-là, c'est complètement dingue"

La candidate a loué le logement à une famille de cinq personnes pour "650 euros (charges comprises)", soit 28 euros du mètre carré alors que la moyenne est d'environ 16 euros du mètre carré. Selon Véronique Avril, la mairie avait dit qu’elle ferait des travaux, mais aucun changement n'a eu lieu. Depuis trois ans, la candidate assure ne plus avoir touché de loyer. "La famille locataire ne voulait pas partir. Ils ont été violents, ont changé la serrure. Je m'estime victime", a-t-elle déclaré.

Suite à ces révélations, le député sortant Mathieu Hanotin lui a demandé de retirer sa candidature. "Le fait qu'elle ait pu louer dans ces conditions-là, c'est complètement dingue. Elle ne pouvait pas ne pas savoir que l'immeuble était complètement pourri", a-t-il indiqué à l’AFP en précisant que les habitants du logement ont dû être évacués en décembre dernier car l'immeuble en question menaçait de s'écrouler.

À lire aussi - Législatives : rien n'est gagné pour Manuel Valls à Évry

"Si cela doit me nuire, je ferai ce qu'il faut"

À ce jour, la candidate n’a pas été condamnée et n’a reçu aucune plainte, a indiqué La République En Marche dans un communiqué. "Néanmoins, dès qu'elle en a été informée, La République en marche a saisi le comité d'éthique qui statuera dans les meilleurs délais sur la situation de Véronique Avril", a affirmé le parti d'Emmanuel Macron. "Si cela doit me nuire, ainsi qu'à mes proches et à En marche !, je ferai ce qu'il faut", a ajouté Véronique Avril qui s’attendait à ce que des informations soient révélées sur elle. 

Sur les réseaux sociaux, Cécile Duflot et Benoît Hamon ont rapidement réagi. L'ancien candidat à la présidentielle a d'ailleurs qualifié Véronique Avril de "marchand de sommeil".

En vidéo sur le même thème - QG Bourdin 2017 : Aucun parti ne semble résister à Emmanuel Macron

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !