Sommaire

Le fonctionnaire dans le collimateur de sa hiérarchie

Des accusations du policier-candidat de téléréalité qui ont scandalisé sa hiérarchie. Dans une vidéo publiée ce 20 janvier sur Twitter, la préfecture de police n’a pas tardé à réagir après la prise de parole de Zoubir dans Touche pas à mon poste. Faisant notamment preuve de sanctions à son égard sur son attitude et ses vidéos publiés sur son compte TikTok.

"Ce policier a fait l’objet d’une enquête judiciaire pour avoir fourni des tenues de policiers pour le tournage d’un clip. Après cela, il s’était engagé à l’époque à changer puisqu’il était resté dans la police", a déclaré Laetitia Vallar, cheffe du service communication de la préfecture de police. "Pourtant, d’autres enquêtes administratives sont en cours et concernent notamment sa participation à des émissions de téléréalité alors qu’il était en congé maladie et sans avertir son employeur. Non seulement, ce policier reconnaît publiquement détourner la notion de congé maladie et justifie ce comportement inacceptable par des propos qui dénigrent l’institution à laquelle il appartient".

En réponse à ce communiqué vidéo, Zoubir a réagi en ligne sur son compte Snapchat, ne comprenant pas pourquoi il est jugé "sur la place publique". Le candidat en a également profité pour confirmer ses propos, révélant que ses "soucis avec la police" ne datent pas d'hier. "Mes proches le savent, ça fait un moment que je tiens le même discours, que ça fait un moment que certaines choses me déplaisaient dans certains comportements", a-t-il déclaré. Une affaire qui est loin d’être terminée entre le fonctionnaire et son employeur.

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.