Ce 25 juin, l'ancienne Miss Belgique Tanja Dexters et son compagnon ont été arrêtés par la police dans le cadre d'une enquête pour trafic de stupéfiants.
Capture Instagram

Miss Belgique perquisitionnée par la police

Rien ne va plus pour Miss Belgique 1998 Tanja Dexters. D’après les informations du site L’Essentiel, la police de Neteland, près d’Anvers en Belgique a mené ce 25 juin sept perquisitions dans la ville belge d’Herentals en vue d’une enquête sur un possible trafic de stupéfiants. D’après le parquet d’Anvers, cinq individus ont été interpellés par la police dont l’ancienne Miss Belgique Tanja Dexters ainsi que son compagnon, un certain Michaël Peeters.

D’après l’agence de presse Belga, les perquisitions ont eu lieu dans des “succursales automobiles des marques Kia, DAf et Jaguar”, rapporte le site luxembourgeois. Près de quarante policiers avec cinq chiens renifleurs ont par la suite fait irruption pour inspecter les lieux. À la suite de cela, trois véhicules ont été saisis. Pour le moment, on ne sait toujours pas si la police a mis la main sur des stupéfiants.

Peu après son interpellation, la star de 46 ans n’a pas manqué de raconter sa mésaventure sur son compte Instagram. Cette dernière dénonce “un raid et une arrestation sur la base de potins jaloux ! Le monde est devenu fou. Laissez les gens qui sont heureux tranquilles. Cherchez votre propre bonheur au lieu de détruire celui des autres”, a-t-elle écrit.

Choqués d’avoir été interpellés dans le cadre d’une enquête de trafic de drogue, la star et son compagnon ont tenu à s’exprimer dans les colonnes du quotidien belge Gazet van Antwerpen : “Ils n'ont même pas sonné à la porte. Ils ont cassé une fenêtre de la porte à l'arrière de la maison et se sont soudainement retrouvés dans notre chambre”, a raconté Michaël Peeters.“Quand j'ai demandé pourquoi ils n'avaient pas sonné à la porte, j'ai eu la réponse que j'aurais peut-être pris la fuite”.

Une scène choquante pour l’ancienne Miss qui affirme que cela se serait passé “comme dans un film. Nous avions les yeux bandés et les menottes aux poignets. L’équipe d'intervention portait une cagoule et avait un pistolet à la main”. Même si les amoureux ont pu repartir libres de l'audition, l’enquête serait, elle, toujours en cours.