Sommaire

Maria Schneider et Marlon Brando traumatisés

Face à l’ampleur controversée de la scène, ce fantasme assouvi par Bernardo Bertolucci a néanmoins causé de nombreuses séquelles. À commencer par la Française et regrettée Maria Schneider qui ne se remettra pas de ce viol à l’écran. "Je me suis sentie violentée. Oui, mes larmes étaient vraies", a-t-elle avoué dans les pages de Libération. "J’étais jeune, innocente, je ne comprenais pas ce que je faisais. Aujourd’hui, je refuserais. Tout ce tapage autour de moi m’a déboussolée". Une sordide descente aux enfers, entre drogues et alcool, qui emportera l’actrice d'un cancer en 2011 à l'âge de 58 ans.

Si Marlon Brando a été l’un des instigateurs de cette scène de viol, selon les dires du réalisateur, l’acteur américain a également été touché par la polémique si bien qu’il n’a plus jamais voulu revoir le film de son vivant. Ce qui n’enlève en rien sa part de responsabilité face au traumatisme qu’il a fait subir à l’actrice. Quant au cinéaste Bertolucci, il n’a seulement reconnu ses torts en 2013. "Je reconnais que ce fut horrible pour Maria parce que je ne lui en ai pas parlé. Parce que je voulais sa réaction de fille, pas celle d'une actrice. Je voulais capter sa réaction de fille humiliée".

Reconnaissant sa culpabilité, le réalisateur italien disparu en 2018 n’a pourtant exprimé aucun regret. "Non, mais je me sens coupable. Pour faire des films, quelquefois, pour obtenir quelque chose, je pense que vous devez être totalement libre", s’est-il justifié. "Je ne voulais pas que Maria joue l'humiliation, la rage ; je voulais qu'elle ressente l'humiliation et la rage. Et elle m'a haï toute sa vie pour cela". De quoi provoquer la colère de certains cinéphiles et associations féministes encore aujourd’hui.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.