Sommaire

Un moment culte qui a fait encore parler 20 ans après

Pour Nathalie Naddaud-Albertini, sociologue des médias, "Loft Story a su s’imposer par rapport à la polémique qu’elle a suscitée", affirme-t-elle auprès de Planet. Bien avant la diffusion de l’émission en avril 2001, l’opinion publique s’interrogeait déjà sur cette curiosité télévisuelle pas comme les autres.

Dès les premières images diffusées à la télé et sur Internet, les réactions ont été très virulentes. "Mais quelle est cette émission ?", "C’est scandaleux", se souvient la spécialiste de la téléréalité. Pourtant, elle assure que les téléspectateurs ont été attirés par le buzz retentissant de la scène controversée. "On s’attendait à une forme de déchéance par rapport au fait de montrer l’intime. Dans cette scène-là, on est dans le voyeurisme", explique-t-elle. "On est dans quelque chose qui choque, qui rompt avec nos normes et notre façon de penser l’intimité".

Par la suite, ce rapport intime a eu des répercussions sur l’intimité de Loana auprès des médias, ces derniers n’ayant pas tardé à révéler l’existence de sa fille cachée. "Déjà avec la scène de la piscine, on avait l’idée d’une féminité transgressive. Là on la parachève avec l’idée de mauvaise mère. On lui colle cette image à la peau", remarque Nathalie Naddaud-Albertini. Si la candidate a néanmoins bénéficié du soutien du public jusqu’à sa victoire en finale avec Christophe, la sociologue estime qu’on l’a accusé de tous les maux, entrainant ses multiples chutes et renaissances à la Une des magazines. "On est jugé plus sévèrement quand on est une femme plutôt qu’un homme, c’est flagrant" conclue-t-elle, comparant avec Jean-Edouard qui n’aurait été blâmé pour son attitude à la même époque.

Découvrez Hedony, notre plateforme 100 % divertissement à prix mini !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.