Lors d'un prime placé sous le signe d'Halloween le 2 novembre dernier, Fauve Hautot et son partenaire Sami El Gueddari ont choisi de danser dans un décor d'hôpital psychiatrique. Une prestation scénique qui est aujourd'hui au coeur d'une vive polémique.
DALS : Fauve Hautot et Sami El Gueddari au coeur d’un scandaleCapture Instagram

DALS : Fauve Hautot et Sami El Gueddari créent la polémique

Comme chaque semaine depuis le début de la compétition, les candidats de Danse avec les stars sont confrontés chaque samedi à un thème imposé. Le 2 novembre dernier, la production a misé sur le thème d'Halloween avec des décors et des costumes plus surprenants les uns que les autres. À cette occasion, Fauve Hautot et son partenaire, le sportif Sami El Gueddari ont dansé dans un décor d’hôpital psychiatrique. Mais si la chorégraphie psychédélique a plu au jury ainsi qu’au public, certains internautes ont été choqués par leur prestation.

C’est le cas de l’association UNAFAM (Union nationale des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) qui a envoyé, ce 15 novembre, une lettre ouverte au Président-Directeur Général de TF1 Gilles Pélisson. La lettre intitulée “Danse avec les stars” : et si on arrêtait enfin de stigmatiser les personnes souffrant de troubles psychiques” a également été publiée ce 18 novembre sur leur compte Twitter.

Une chorégraphie “extrêmement stigmatisante”

D’après l'association, la scénographie de Fauve Hautot et de Sami El Gueddari dans un décor de cellule capitonnée serait “extrêmement stigmatisante pour les personnes vivant avec des troubles psychiques”. Si l’UNAFAM ne reproche en rien la prestation artistique des deux artistes, elle déplore toutefois “le message qu’elle envoie”. En effet, Fauve Hautot, habillée en infirmière était alors couverte de sang tandis que son partenaire était enfermé dans une camisole de force.

L’association a également été choquée par le mini-reportage dévoilant les coulisses de leur entraînement. Dans ce dernier, la danseuse explique à Sami El Gueddari qu’elle veut le voir “les yeux injectés de sang, je veux te voir faire peur”. Or, cette séquence est d’après eux, une représentation de clichés “qui perdurent et stigmatisent vraiment les personnes vivant avec des troubles psychiques (...) Ces personnes se battent avec leurs troubles pour mener une vie digne : ne leur imposons pas une double peine en les enfermant dans cette vision caricaturale et forcément dramatique de leur maladie”, a-t-elle écrit avant d’ajouter : “Monsieur le Président-Directeur Général, auriez-vous autorisé une scénographie avec une personne atteinte d’un cancer en traitement de chimiothérapie, comme une personne suscitant de la peur, voire de l’effroi ?”.

Pour le moment, TF1 n'a fait aucun commentaire sur cette polémique grandissante.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.