Sommaire

1980 : 'Stalker', guerre froide au festival

La direction du Festival a eu bien du souci en voulant projeter "Stalker" (une sorte de "Lost" où des êtres sont perdus dans une zone inconnue), du russe Andrei Tarkovsky, au nez et à la barbe des représentants du cinéma soviétique.

Les organisateurs Robert Favre Le Bret et Gilles Jacob - toujours président du Festival aujourd'hui -, multiplient les subterfuges pour arriver à leurs fins : les bobines arrivent sous un nom d'emprunt, le projectionniste est enfermé dans sa cabine et les Soviétiques seront promenés d'un bout à l'autre de la Croisette pour laisser la projection aller à son terme. Ce film reçut finalement le "Prix du Jury" cette année-là.

Découvrez notre offre spéciale Black Friday, jusqu'à -75 % sur votre abonnement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.