Mort de Jacques Dessange : une relation compliquée avec son fils

Les relations familiales sont souvent compliquées, encore plus lorsqu’une entreprise et de l’argent sont en jeux. Benjamin, le fils de Jacques Dessange, a été nommé en 2005 à la tête du groupe. En 2011, le coiffeur n’a pas hésité à accuser son successeur de complot pour l’écarter du groupe qu’il a fondé. Interrogé par La Nouvelle République, le magnat de la coiffure expliquait alors : "Je ne mourrai tranquille que lorsque Benjamin aura été viré de la société que j’ai bâtie (…) Je vais déposer plainte dans les prochains jours pour abus de confiance aggravée contre mon fils".

Pour appuyer ses accusations, Jacques Dessange n’avait pas hésité à mettre en ligne un livre, intitulé Le Complot, dans lequel il racontait comment – selon ses dires – il aurait été écarté de sa société. Selon lui, ce "complot" avait eu lieu en 2008, au moment où un groupe financier avait acquis une partie du capital du groupe. Dans son livre, cité alors par Europe 1, le coiffeur expliquait : "Je continuais à aller au bureau, mais je n’avais aucun rendez-vous. Des franchisés s’en sont inquiétés. Benjamin et ses associés leur avaient indiqué que je n’étais plus compétent (…) On m’a demandé de ne plus mettre les pieds au bureau (…) Mon fils m’a littéralement jeté dehors".

Une polémique qui s’est réglée au tribunal : le coiffeur a été condamné pour atteinte à la vie privée envers son fils. A cette histoire familiale s’est ajouté une polémique financière dans les années 2010.

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.