Microsoft a pris le contrôle de nombreux sites Web utilisés par un groupe de hackers soutenu par le gouvernement chinois. Ils permettaient de mener des attaques pour cyberespionner des organisations dans 29 pays, dont les États-Unis.
Microsoft marque un point dans sa lutte contre les pirates soutenus par la Chine

C’est une belle prise et surtout un affaiblissement au moins temporaire pour un groupe de hackers chinois soutenu par Pékin. La Digital Crimes Unit (DCU), le laboratoire de cybersécurité de Microsoft est parvenu à prendre le contrôle des sites Web qui permettaient à ces hackers de mener des attaques ciblées vers 29 pays. La société a agit avec l’autorisation du tribunal fédéral de Virginie aux États-Unis pour mener cette action. Le groupe visé est connu sous l’appellation Nickel chez Microsoft. Ce groupe, qui agit de façon ciblée dès que les intérêts géopolitiques de Pékin sont concernés, était suivi de près par Microsoft depuis 2016.

Très actif, il mène des attaques sophistiquées à l’aide de malwares difficiles à détecter, ce qui leur permet de s’introduire longtemps et discrètement dans les réseaux visés. La charge virale sert généralement à surveiller les données du réseau et à les collecter. Autrement dit, il s'agit...

Besoin de faire le point sur votre suite de carrière ? Ou de créer votre entreprise ? Découvrez notre formation prise en charge à 100% par l'état >