L'IA, l'intelligence artificielle, a investi de nombreux champs de la médecine, y compris le domaine de la psychiatrie. Les applications sur smartphone ainsi que les agents conversationnels sont légion mais sont-ils aussi efficaces que le jugement d'un professionnel de cette discipline doté d'empathie et de raisonnement ? Pourquoi le jugement clinique du psy surpasse-t-il encore l'IA ? Pour autant, la psychiatrie a beaucoup à attendre des nouvelles technologies.
Les psys bientôt remplacés par l'Intelligence artificielle ?

« Bonjour Monsieur. Je vous en prie, installez-vous. Alors… comment allez-vous depuis la dernière fois ? »

Et si, dans quelques années, cette phrase anodine n’était plus prononcée par un psychiatre en chair et en os mais par une IA, une Intelligence artificielle ? Avec la résurgence récente de la psychiatrie dans le débat public, notamment en raison de la crise sanitaire, l’idée de proposer des systèmes de suivi de la santé mentale intégrant des IAs a ressurgi.

Elle est, soyons honnête, loin d’être nouvelle puisqu’on trouve la première trace d’un chatbot (programme de dialogue) dédié à la psychiatrie, nommé Eliza, dès 1966. Ces dernières décennies, les avancées en Intelligence artificielle ont permis la montée en puissance des chatbots, « robots thérapeute s » ou autres systèmes de détection de l’état de santé à travers la voix.

Il existe aujourd’hui plus d’une vingtaine de robots-thérapeutes validés par des études...