Les analyses réalisées à partir des ossements du plus vieux squelette découvert sur le continent américain a permis de lever le voile sur l'origine des Amérindiens. Selon les scientifiques, les premiers hommes qui se sont rendus sur le continent sont obligatoirement passés par le détroit de Berhing.

Illustration

 

Le squelette a été baptisé Naia en référence à une nymphe de la mythologie grecque. Il s’agit du plus vieux squelette humain découvert sur le continent américain. La découverte s’est faite en 2007, dans une grotte sous-marine du sud du Mexique.

Selon les scientifiques, il s’agit d’une femme, âgée de 15 ou 16 ans, qui était venue chercher de l’eau dans cette grotte. Elle aurait alors trépassé en tombant dedans. Interrogée par Le Monde, la sous-directrice de l'INAH (Institut mexicain d'anthropologie et d'histoire) qui dirige le projet spéléologique, Pilar Luna Erreguerena, précise que "à l’époque, le lieu n’était pas immergé puisque le niveau de la mer était plus bas de 120 mètres". 

Lire aussi : La Santa Maria de Christophe Colomb aurait été retrouvée

Cela fait plusieurs années qu’une équipe pluridisciplinaire de chercheurs travaillent sur ces restes humains ainsi que les squelettes animaliers retrouvés également sur place. Les résultats de leurs travaux viennent d’ailleurs de faire l’objet d’une publication dans la revue Science.

L’origine asiatique de Naia

Les analyses ADN pratiquées à partir des ossements révèlent que l’origine de Naia est asiatique. "Cela prouve que les premiers occupants des Amériques sont venus de Sibérie en traversant la bande de terre reliant l'Asie et l'Alaska, aujourd'hui immergée sous le détroit de Behring" indique Pilar Luna Enguerra confirmantle lien entre ces Paléoaméricains et les Amérindiens d’aujourd’hui.

Ceci est censé mettre fin aux débats qui agitent les archéologues autour de la question de l’origine génétique des amérindiens. Les analyses anatomiques et génétiques précisent que le crâne de Naia présente des similarités avec ceux des amérindiens contemporains. "Cela écarte l'hypothèse que les Indiens d'aujourd'hui ne seraient pas les descendants des premiers Américains" selon José Concepción Jiménez, chercheur en anthropologie physique. Ce dernier en est également convaincu, les premiers américains sont venus par le détroit de Berhing.

Publicité
Les chercheurs espèrent bientôt découvrir si les maladies génétiques des mexicains viennent de ces premiers américains ou si elles sont issues du métissage découlant de la colonisation espagnole.  

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité