Ils sont considérés comme des héros. En vacances en Europe, ces militaires américains qui se trouvaient à bord du train Thalys, pris pour cible par un tireur ce vendredi, ont maîtrisé l'individu. Leur action et leur courage ont été unanimement salués. Ils racontent.

© Ils s'appellent Alek Skarlatos, Spencer Stone et Anthony Sadler, et leur sang-froid, leur courage et leur bravoure ont unanimement été salués. Ces trois Américains en vacances en Europe, qui se trouvaient ce vendredi à bord du train Thalys reliant Amsterdam à Paris, et qui a fait l'objet d'une attaque par un tireur lourdement armé, sont rapidement intervenus pour maîtriser l'individu, évitant ainsi ce qui aurait pu se tourner au carnage. Récompensés par la ville d'Arras, deux d'entre eux, ainsi qu'un Britannique, Chris Norman, venu leur prêter main forte, ont raconté comment ils sont parvenus à stopper le tireur.

"Nous nous sommes mis à couvert, et ensuite nous nous sommes jetés sur lui"

Il était aux alentours de 17h45 ce vendredi quand, comme le rapporte aussi la Voix du Nord, ils ont entendu, venant des toilettes, le bruit d'une arme que l'on charge. "On a entendu des coups de feu et des bris de glace" raconte Alek Skarlatos, 22 ans, membre de la garde nationale de l'Etat de l'Orégon, dans l'ouest des Etats-Unis. "Je n'ai pas réalisé tout de suite ce qu'il se passait jusqu'à ce que je vois une employée du train passer en courant" explique le jeune homme, récemment rentré d'une mission en Afghanistan. "J'ai regardé derrière moi et j'ai vu un homme entrer dans le wagon avec une kalachnikov. Moi et mon ami nous nous sommes mis à couvert, et ensuite nous nous sommes jetés sur lui".

"Il avait vraiment planifié la fusillade"

"Mon ami a été blessé au couteau, moi j'ai saisi l'arme, et tous les deux on s'est mis à frapper l'homme à la tête jusqu'à ce qu'il tombe inconscient" a ajouté Alek Skarlatos. Ils ont ensuite ligoté le tireur. Blessé à la main, Spencer Stone, membre de l'armée de l'air américaine, a été blessé au coude et à la main. Il doit subir une intervention chirurgicale mais ses jours ne sont pas en danger. Rapidement maîtrisé, l'individu n'a cependant pas dit un mot. "Il disait simplement de lui rendre son arme" rapporte Anthony Sadler. "Donne-moi mon arme, donne-moi mon arme ! Mais nous on l'a frappé et puis on l'a immobilisé. On a pris son arme et puis voilà, il n'a rien dit d'autre". Le tireur était en revanche déterminé racontent les Américains. "Il avait vraiment planifié la fusillade, il avait sept ou huit chargeurs dans son sac, deux armes à feu" a ajouté Alek Skarlatos. "Il savait pourquoi il était là".

Le courage des héros salué

Publicité
Dans la nuit, Barack Obama, qui a réagit aux événements, a salué leur "action héroïque", empêchant ainsi vraisemblablement une "tragédie bien pire". Le président américain a fait part de sa "profonde gratitude pour le courage et la réactivité de plusieurs passagers, y compris des membres de l'armée américaine, qui ont de manière altruiste maîtrisé l'assaillant". Plus tôt dans la soirée, Bernard Cazeneuve avait lui aussi exprimé sa "gratitude". "Je tiens à exprimer, avec le président de la République, le Premier ministre, toute notre gratitude et notre admiration pour le sang-froid dont ils ont témoigné" a déclaré le ministre de l'Intérieur à Arras.

mots-clés : Thalys, Tireur, Héros

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité