Une vidéo diffusée par un média turc semble montrer un navire de la marine grecque s'approcher d'un canot gonflable occupé par des migrants. Quelques temps après le canot se met à couler.

Filmée par des pêcheurs turcs, la vidéo diffusée par le quotidien turc Hürriyet, montre des images alarmantes. Au large du Dodécanèse grec, des gardes-côtes, semblent-ils grecs, munis d’une "perche" s’approchent d’un canot gonflable où se trouvent des migrants. Le canot à la dérive aurait, selon le média turc, été percé grâce à la perche. Les gardes-côtes grecs s’en vont ensuite. Les pêcheurs turcs récupèrent tout de suite femmes et enfants, puis d’autres bateaux de pêches viennent récupérer les hommes. Ces images inquiétantes ont été tournées il y a quelques jours. Il est important de noter que les gardes côtes grecs se trouvaient dans l’espace maritime turc.

Les réfugiés parqués dans des stades

La Grèce est confrontée à un afflux de migrants très important ces derniers temps. Le Haut commissariat aux réfugiés à Athènes dénombrait 17 000 migrants au mois de janvier, 31 000 en juin et 50 000 en juillet sur les îles grecques. Sur l’île de Kos, où il manque des structures d’accueil, les réfugiés sont parqués dans des stades. "C’est la première fois qu’on voit, en Grèce, des gens enfermés dans un stade et contrôlés par les forces de police antiémeute. Il y a des mères avec de jeunes enfants et des personnes âgées. Ils ont été enfermés là pendant des heures sous le soleil", rapporte Julia Kourafa, porte-parole de MSF.

Des images montrant des personnes faisant des malaises à cause de la chaleur et du manque d’eau ont été diffusées par les médias grecs. On y voit aussi un policier gifflant un homme ; il a depuis été suspendu. "Auparavant, on assistait à l’inaction de l’Etat. Désormais, ce sont les abus de l’Etat, avec la police usant de plus en plus de la force contre ces personnes vulnérables", explique Brice de La Vigne, directeur des opérations de MSF.

Le Premier ministre Alexis Tsipras a annoncé vouloir "envoyer un bateau qui abritera d’une manière éphémère quelque 3 000 migrants, pour désengorger Kos".

Publicité
Les réfugiés qui se trouvent à Kos attendent de pouvoir remplir les démarches administratives pour quitter l’île. Mais les autorités mettent beaucoup de temps pour remplir toutes les formalités.

Vidéo sur le même thème -  Traqués, battus et délogés : vie de migrant en France 

 
mots-clés : Grèce

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité