Le décès du roi Abdallah d’Arabie saoudite a été annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi. Le souverain s’est éteint à l’âge de 90 ans. Planet.fr vous propose de revenir sur quelque-uns des évènements marquants du règne de ce souverain conservateur.

Jeudi 23 janvier, le palais royal saoudien a annoncé le décès du roi Abdallah. Le souverain était âgé d’environ 90 ans (il est impossible de définir son âge exact) et avait subi plusieurs opérations au cours de ces dernières années. La dernière remontait à décembre dernier, pour une pneumonie. Ses apparitions publiques étaient d’ailleurs devenues de plus en plus rares, le souverain préférant se faire représenter par le prince héritier, Salmane Ben Abdel Aziz, lui-même âgé de 77 ans. Le roi Abdallah sera enterré ce vendredi après les prières de l’après-midi.

Son successeur souffrirait d’AlzheimerAussitôt nommé roi, le prince Salmane est le demi-frère d’Abdallah. Tous les deux sont en effet les fils du premier souverain d’Arabie saoudite, Abdelaziz Al Saoud. Selon The Atlantic et The Economist, le nouveau roi souffrirait de maux pouvant entraver son discernement : il serait atteint de la maladie d’Alzheimer.

Bonne réputation par rapport aux autres membres de sa familleAbdallah jouissait d’une bonne réputation au sein de ses sujets. En comparaison des autres membres de sa famille parfois soupçonnés de corruption, le souverain était perçu comme étant honnête, loyale et intègre. Il était même "le roi le plus aimé en Arabie saoudite depuis Fayçal", assassiné en 1975, selon un diplomate occidental cité par l’AFP.

Il dirigeait la remière puissance pétrolière du monde Abdallah était à la tête du premier pays exportateur mondial d’or noir brut. Une manne qui lui a permis de peser dans la balance des négociations avec les autres puissances étrangères. Ainsi, il a joué à fond la carte pétrolière pour défendre sa part de marché, menacée selon lui par l'essor du pétrole de schiste, notamment américain. Sous l'influence d'Abdallah, l'Opep s'est également abstenue de réduire son offre malgré la chute des cours.

L’annonce de son décès ouvre par ailleurs la voie à une période d’incertitudes quant la politique pétrolière du royaume.

Un souverain réformateur En matière de politique interne, Abdallah a travaillé à faire cohabiter les positions d'un establishment religieux ultraconservateur et celles d'une frange libérale de la population avide de modernisation. Aussi, a-t-il organisé les premières élections municipales partielles du pays en 2005, œuvré à l’ouverture du tout premier établissement mixte, la King Abdallah Université of Science and Technology, en 2009 et accordé le droit de vote aux femmes à l’occasion du prochain scrutin prévu cette année. A noter : celles-ci n’ont cependant pas le droit de conduire.

Publicité
Premier souverain de l’Arabie saoudite à avoir rencontré un papeLa rencontre a eu lieu le six novembre 2007 au Vatican. Le roi Abdallah avait alors été reçu par le pape Benoît XVI. Leur entrevue avait eu pour objet le dialogue interreligieux ce qui avait permis au souverain pontife et au gardien des lieux saints de l’islam d’aborder la question de la liberté religieuse pour le chrétiens présents en Arabie saoudite.

Vidéo sur le même thème : Le roi Abdallah est mort, vive le roi Salmane

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité