Le classement des meilleures universités vient d’être publié. Si les américains et les anglais sont, comme toujours, très bien placés, la France est une nouvelle fois la grande absente de ce palmarès.

Aucune université française se s’illustre au palmarès des meilleures universités, que le classement soit mondial ou seulement européen. C’est le Figaro Magazine, en partenariat avec le Figaro Etudiant, qui publie la liste des 10 meilleures universités au monde. Premier constat : Les Etats-Unis et l’Angleterre ne laissent que peu de chance aux autres pays, puisqu’ils se disputent tous les deux les marches du podium.

Retrouvez notre zapping Actu du jour

Patrick Sébastien viré de France Télévisions : les internautes ripostent

Voir plus de vidéos

C’est le California Institute of Technology qui décroche la première place, suivi par l’Université d’Oxford au Royaume-Uni. Viennent ensuite les prestigieuses universités américaines Stanford, Harvard, le MIT (Massachussets Institute of Technology), Princeton, les très sélectes universités britanniques de Cambridge et l’Imperial College de Londres. Berkeley et l’Université de Chicago ferment la marche.

La France recalée en Europe
Au niveau européen, les sujets de sa Gracieuse Majesté comptent parmi les étudiants les mieux formés d’Europe, puisqu’avec pas moins de six universités sur dix au classement des meilleurs établissements, les anglais surclassent de loin leurs voisins. Oxford, Cambridge et L’Imperial College de Londres se partagent les trois premières marches. Le Swiss federal Institute of Technologie de Zürich arrive en quatrième position, suivi par la University College London, puis l’Université d’Edimbourg et la London School of Economics and Political Science. On retrouve enfin l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, le Karolinska Institute en Suède et l’Université de Munich de la huitième à la dixième place.

Publicité
Il y a quelques jours, Jean-Marc Ayrault, qui présentait les mesures envisagées pour relancer la compétitivité en France, a déclaré vouloir encourager les étudiants français à partir étudier à l’étranger. Le Premier ministre souhaite même « doubler en cinq ans la mobilité des étudiants à tous les niveaux de formation », le plus sûr moyen d’acquérir  une expérience précieuse qui pourra être valorisé sur un marché du travail en crise.
 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité