Carole Ghosn assure qu’on veut faire taire Carlos Ghosn.

Libéré après avoir payé une caution de 8 millions d’euros et avoir accepté de respecter les règles de son contrôle judiciaire, Carole Ghosn estime qu’on a voulu faire taire son mari en l’arrêtant à nouveau. "Il préparait une conférence de presse qui devait avoir lieu le 11 avril. Quand il a compris qu'il allait être arrêté, il a enregistré une interview par Skype pour TF1 et LCI. Il avait envie de désigner les responsables de ce qui lui arrive. Ce sont les avocats qui l'ont, elle sera diffusée bientôt", dénonce –t-elle.

Si elle estime que "dans les médias, Carlos est déjà coupable", elle déplore le silence des anciens alliés et d’Emmanuel Macron.

"Je suis choquée par les réactions en France. Tout le monde l’a laissé tomber, par lâcheté, y compris les patrons. Ça me dégoûte […] [Emmanuel Macron] m'a répondu gentiment (ndlr : elle lui a écrit), mais après deux semaines de silence, pour me dire qu'il faisait tout ce qui est possible pour mon mari. Depuis, quand j'appelle son secrétaire général ou lui envoie des SMS, rien."
Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.