Une pétition a récemment été lancée aux Etats-Unis demandant le retour de l'Alaska à la Russie. Ce vendredi, la pétition avait recueilli plus de 30 000 signatures.

Une pétition a été lancée il y a huit jours aux Etats-Unis demandant le retour de l’Alaska à la Russie. Ce vendredi, la pétition avait recueilli plus de 30 000 signatures.

"Rendons l’Alaska à la Russie". Voilà la pétition qui a récemment été lancée sur le site de la Maison-Blanche "We the people". Vendredi matin, la demande avait déjà obtenue plus de 30 000 signatures. Si, le 20 avril, la pétition atteint 100 000 signatures, le gouvernement devra répondre officiellement à la demande.

C’est un résident d’Anchorage, en Alaska, qui a lancé le mouvement. Dans son texte, à l’anglais très approximatif, ce citoyen américain anonyme a proposé "le retour de l’Alaska à la Russie". Même s’il n’en est pas fait mention dans la demande, il est historiquement vrai que l’Alaska a été vendu par la Russie tsariste aux Etats-Unis en 1867 pour 7,2 millions de dollars. Selon le Moscow Times, la pétition serait en réalité l’œuvre du groupe de communication G2C, qui est réputé être proche du Kremlin.

Cette pétition tombe au moment où un sénateur américain affiche son intention de récupérer des îles de l’Arctique appartenant à la Russie.

La plateforme "We the people" a été créée en 2011 par l’administration Obama. Actuellement, seules deux pétitions ont réussi à réunir le nombre de signatures exigées : la première demandait la sécession du Texas tandis que la seconde réclamait le contrôle des armes à feu. Les deux réponses du gouvernement ont été négatives.

Vidéo sur le même thème : Crimée: "Nous ne quittons pas l'Ukraine nous rejoignons la Russie"

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.