Introuvables depuis près de 10 jours, les douze enfants et leur entraîneur coincés dans une grotte sont finalement sains et presque saufs. Leur survie doit à peu de choses comme l'explique un spécialiste à Planet. 
AFP

Sauvetage des 13 enfants : peu de chance de survie dans une grotte noyée

Claustrophobes s’abstenir. C’est avec un grand soulagement que les parents ont appris la bonne nouvelle ce mardi. Les 12 enfants et leur entraîneur de foot coincés dans la grotte de Tham Luang Nang Non en Thaïlande depuis neuf jours ont enfin été retrouvés. Ce sont deux sauveteurs-plongeurs britanniques qui ont réussi à atteindre le petit groupe, coincé dans la cavité après une importante montée des eaux due à l’actuelle saison de la mousson. Ils étaient rassemblés sur un étroit rebord.

Ce week-end encore pourtant, plusieurs médias se faisaient écho d’un moral en berne des autorités. Et pour cause, dans de telles circonstances la survie se doit à peu de choses ainsi que l’explique l’EEGC (Etudes et Exploration des gouffres et carrières) à Planet : "Le plus grand danger, c’est surtout dans de telles circonstances de se noyer, en se faisant par exemple emporter par le courant si on ne trouve pas refuge. Se laisser emporter vers un siphon ou nager à contre-courant n’est pas une stratégie viable. La meilleure chose à faire c’est donc de trouver refuge".

Sauvetage des "13" de la grotte : avoir les bons reflexes

Pour survivre dans de pareilles conditions, il est préférable d’avoir du matériel : "couverture de survie dans le casque, chauffe plat…". Cela n’était pas le cas pour les 13 dont les effets avaient été retrouvées à l’extérieur. Sur les premières images, les enfants apparaissent d’ailleurs très amaigris. "Pour survivre, il est essentiel de boire. Le risque c’est d’être malade parce que l’eau n’est pas propre ou parce qu’elle est filtrée par un sol agricole qui contient par exemple des produits chimiques, mais il vaut mieux ça que ne pas boire. D’autant que dans un tel environnement, il n’y a rien à manger", explique l’EEGC. Il est également essentiel de se réchauffer car même s’il fait 20 degrés l’important taux d’humidité renforce la sensation de fraîcheur.

Actuellement peu d’informations ont filtré sur la façon dont les enfants ont survécu. L’impératif est désormais de les sortir de la grotte mais cela devrait demander encore un bon moment. En raison de l’immersion de la cavité, les 13 vont vraisemblablement devoir plonger, une possibilité difficilement tenable en l’état en raison de leur condition physique. En attendant des vivres, dont des gels nutritifs leur ont été transmis.

Nul doute que pour leur sortie, ils pourront à nouveau compter sur l’aide de Rick Stanton et John Volanthen, les deux plongeurs britanniques spécialisés dans les grottes, venus sur place bénévolement. "Ils ont été défrayés. En France comme au Royaume-Uni, les secours spéléologues sont basés sur le bénévolat et le don tout en étant assistés par les pompiers. C’est aussi cela qui permet la gratuité des secours", insiste l’EEGC. Rick Stanton et John Volanthen, ont la réputation d’être parmi les meilleurs au monde dans leur domaine.

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.