Une Australienne découvre 150 000 dollars en vidant ses spams ©Search Creative Commons
Incroyables, mais vrais ! Planet.fr revient sur les faits insolites qui ont marqué l'actualité cette semaine.

Une Australienne découvre en vidant ses spams qu’elle a gagné 150 000 dollars

©

En vérifiant ses spams sur sa messagerie électronique, une Australienne a eu la surprise de découvrir qu’elle avait gagné 150 000 dollars en remportant un prix-littéraire.

Lorsque Helen Garner, auteur de romans et d’essais,  a vu un mail annonçant de "bonnes nouvelles" dans ses spams, elle a cru à une arnaque. Elle a tout de même ouvert ledit mail et a "cru défaillir", a-t-elle expliqué au Sydney Morning Herald.

Le mail provenait de l’université de Yale et l’informait qu’elle venait de remporter le prix littéraire Windham-Campbell, accompagné d’une récompense de 150 000 dollars, soit 138 000 euros.

Ce prix est un peu particulier puisque les auteurs sont jugés de manière anonyme et ne savent même pas qu’ils y participent.

Publicité
Publicité

Inde : pour éviter les tricheries lors d’un examen de l’armée, les candidats se mettent en slip

Lors d’un examen de recrutement pour entrer dans l’armée indienne, les candidats ont été contraints de se mettre en slip pour éviter les tricheries. Assis en tailleur à même le sol, des centaines de candidats ont rempli leurs copies, posées sur leurs cuisses. Le journal The Indian Express a même publié un tweet pendant l’examen (voir ci-dessus).

Avec 1 000 candidats, cette décision surprenante a été prise pour "gagner du temps dans la fouille de tant de gens", a confié au journal une source de l’armée.

Il y a un an, une tricherie géante de candidats à la police avait abouti à l'arrestation d'environ 1 000 personnes dans ce même Etat de l'Inde.

Elle accouche une seconde fois un 29 février

©

Une Nantaise a accouché de son second enfant, Lucie, lundi 29 février. Une date qui n’arrive que tous les quatre ans, à chaque année bissextile. Un fait qui pourrait être presque banal si le grand frère de Lucie, Paul, n’était pas né lui aussi un 29 février, quatre ans plus tôt.

"C’est dingue. On savait que ça pouvait arriver car le terme de la grossesse était le même que celui prévu pour Paul (11 mars). On s’en amusait, on se disait que le doublé était possible. Et voilà, on l’a fait !", s’amusaient les parents Julie et Antoine, 34 et 36 ans, interviewés par le journal 20 minutes.

Les sages-femmes de la maternité n'ont jamais vu ça

Lors de l’accouchement, les réactions ont fusé : "Les sages-femmes nous ont confié qu’elles n’avaient jamais vu ça. La famille, les amis, tout le monde est étonné. Certains nous disent de jouer au Loto, d’autres qu’on l’avait fait exprès pour passer dans le journal. C’est essentiellement positif. Pour la naissance de Paul, en revanche, on avait eu davantage de remarques un peu négatives, du genre 'le pauvre, il n’aura son anniversaire que tous les quatre ans'."

Avec Lucie, ils comptent faire exactement comme avec leur fils : fêter leur anniversaire le 28 février ou le 1er mars.