Des champignons connus entre autres pour leurs propriétés hallucinogènes poussent dans les jardins privés de la reine d'Angleterre, Elizabeth II.
©FotoliaFotolia

C’est une découverte qui a fait beaucoup rire outre-Manche vendredi. Le jardinier-présentateur britannique, Alan Titchmarsh, connu pour ses émissions de botanique, était en tournage dans les jardins de Buckingham Palace pour un épisode spécial Noël pour la chaîne ITV. Comme le rapporte Le Monde, le présentateur était en compagnie du spécialiste Mick Crawley quand ils ont découvert des amanites tue-mouches (Amanita muscaria), reconnaissables entre mille pour leurs taches blanches sur leur chapeau rouge.

Une fois la surprise passée, le présentateur a voulu savoir si le champignon était comestible. "Ça dépend de ce que vous voulez dire. Dans certaines cultures, il est mangé pour ses propriétés hallucinogènes. Mais il vous rend aussi très malade", a commenté l’expert en champignon. Et de verser dans l’anecdote : "Dans le temps, on avait coutume de le faire ingurgiter à l’idiot du village, dont on buvait ensuite l’urine. Cela permettait de ressentir les effets sans souffrir des désagréments".

Aucun danger pour la reine

Le journal The Sun titrait vendredi sur les "Champignons magiques de sa Majesté", s’inquiétant par ailleurs qu’un tel champignon puisse atterrir dans l’assiette de la reine. Un porte-parole de Buckingham Palace a cependant rassuré les Anglais : "Il y a plusieurs centaines d’espèces de champignons dans les jardins du palais, dont un petit nombre d’amanites tue-mouches, qui ont poussé naturellement", a-t-il expliqué tout en assurant que les cuisiniers du palais n’utilisaient pas ce genre de champignon.

Vidéo sur le même thème - Visitez le marché aux truffes de Lalbenque 

Reprenez le contrôle de vos crédits, regroupez les ! (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.