Alors que Dominique Strauss-Kahn a récemment annoncé qu'il portait plainte contre "Dodo la Saumure", ce dernier s'est ouvertement moqué samedi de l'ex-directeur général du FMI. Le différend qui oppose les deux hommes fait suite à l'ouverture du dernier club du proxénète sobrement appelé le "DSK".
©AFP

Le bras de fer entre Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", et Dominique Strauss-Kahn se poursuit par médias interposés. Alors que l’ex-directeur général du Fond Monétaire International (FMI) a décidé de porter plainte contre le proxénète, ce dernier s'est moqué ouvertement de son ancien client samedi. En effet, DSK a décidé de saisir la justice parce que "Dodo la Saumure" a utilisé ses initiales pour son club : "Dodo Sex Klub". Le dernier club ouvert par "Dodo la Saumure" est un clin d’œil direct à Dominique Strauss-Kahn. Situé à 4 kilomètres de la frontière française, le "DSKlub" est la nouvelle trouvaille marketing du roi de la nuit belge. 

Lire aussi : "Dodo la Saumure" baptise un nouvel établissement "DSK"

Une blague de mauvais goût ?

"Dodo la saumure", face aux menaces judiciaires brandies par DSK, a annoncé, non sans ironie, samedi qu’il retirerait le portrait de l’ancien ministre du Budget de son club "afin de préserver la réputation d’ascétisme sexuel de Monsieur DSK". Le propriétaire de cinq maisons closes en Belgique s’est, par ailleurs, défendu auprès de l’AFP : "le sexe c’est mon métier, les clubs, c’est mon métier". Face à ce buzz, l’homme d'affaires compte bien surfer sur la vague, souhaitant même créer un sixième club dénommé : "Carlton Lille". La campagne médiatique autour du "DSK" a été une aubaine pour l’entrepreneur : "commercialement, c’est fabuleux". Le proxénète compte ainsi faire des affaires dans lesquelles il a été impliqué, un argument de taille pour ses futurs clients.

A voir aussi sur ce thème : l'interview exculsif de "Dodo la Saumure"

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.