Dans une interview accordée au magazine ELLE, la secrétaire d'Etat chargé du Numérique, Axelle Lemaire a expliqué comment les ministres bravent l'interdiction du téléphone en Conseil des ministres.
©AFP

Alors que François Hollande est connu pour être accro à son téléphone portable, il a interdit aux ministres de disposer du leur en Conseil des ministres. Objectif : que ces derniers restent concentrés sur l’ordre du jour. Une règle que plusieurs membres du gouvernement auraient cependant réussi à contourner. En effet, dans une interview accordée au magazine ELLE, la secrétaire d’Etat chargée du Numérique, Axelle Lemaire, a dévoilé le subterfuge.

• Lire aussi : Elysée : une "réunion de crise" pour gérer l'addiction aux SMS de François Hollande

La tablette tactile, la meilleure amie du ministre

"On peut tricher !", a-t-elle expliqué en citant la technique utilisée par ses collègues : "Ils laissent leur téléphone à l’entrée et prennent leur tablette". Ainsi les ministres déjouent la vigilance de François Hollande et Manuel Valls grâce à leurs tablettes, lesquelles peuvent être synchronisées avec leurs téléphones portables. Cette synchronisation permet aux membres du gouvernement de recevoir des sms mais aussi se connecter sans encombre sur le Net. Après avoir "balancé" l’astuce de ses collègues, et en vrai première de la classe, Axelle Lemaire s'est dédouané de tout reproche expliquant qu’elle n’avait pour sa part jamais enfreint cette règle. "Je n’ai encore jamais triché. Contrairement aux apparences, je suis très disciplinée", a-t-elle déclaré.

Après avoir confisqué les portables, les tablettes seront-elles à également confisquées par François Hollande au prochain conseil des ministres de la rentrée ?

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.