Avec l'application du prélèvement à la source sur l'impôt sur le revenu dès 2018, l'année 2017 sera considérée comme une année blanche pour les contribuables. Explications. 
©AFP

La mise en place du prélèvement à la source sur l’impôt sur le revenu se précise. Inscrit dans le projet de loi de finances pour 2017, le dispositif entrera en vigueur le 1er janvier 2018. D’ici là, une année de transition doit s’appliquer. 2017 sera en effet une année blanche, c’est-à-dire que les revenus perçus durant cette nouvelle année ne seront pas imposés.

Toutefois, cela ne veut pas dire que les Français ne paieront pas d’impôt en 2017. Ils devront en effet s’acquitter de l’impôt sur leurs revenus de 2016, comme cela était le cas les années précédentes. L’année prochaine, ils paieront (par prélèvement à la source) pour leurs revenus de 2018. Ce qui signifie que les revenus de 2017 ne seront pas soumis à imposition.

A lire sur le sujet - Calendrier, démarches, confidentialité : le prélèvement à la source se précise  

Une déclaration tout de même nécessaire

"Néanmoins, une procédure prévue par la loi doit éviter que certains contribuables profitent de la situation pour concentrer sur cette année 2017 des revenus importants. C'est ainsi qu'il faudra quand même déclarer les revenus touchés en 2017 (déclaration que vous remplirez au printemps 2018)", indique Europe1.fr.

Certains revenus exceptionnels seront ainsi imposés, tels que les indemnités de licenciement, plus-values immobilières ou encore dividendes d’actions.