TVA, ISF… Ces impôts qui posent question

"Ceux qui ont un diplôme inférieur au baccalauréat jugent plus injustes les prélèvements (excepté pour la TVA et l’ISF) que les diplômés", soulignent les chercheurs, qui pointent donc du doigt un certain rejet de la TVA et de l’ISF (impôt sur la fortune immobilière) parmi les populations les plus éduquées.

"La possession d’un certain capital culturel peut tout d’abord correspondre à une meilleure connaissance des investissements et des infrastructures que le système fiscal permet de financer", indiquent les deux auteurs, notant au passage une autre inégalité qui expliquent le "sentiment d’abandon" qu’exprime une partie des Françaises et des Français.

En effet, plus on s’éloigne des grandes villes, plus le sentiment d’injustice croît. "Les habitants des petites villes (entre 2000 et 20 000 habitants) ont respectivement 1,68 fois et 1,35 fois plus de chances de trouver la CSG et l’impôt sur le revenus injustes que ceux des grandes agglomérations (de 200 000 à 1,9 million d’habitants. Ces disparités territoriales renvoient à l’hétérogénéité de la présence des services publics sur les aires géographiques". Tous ne bénéficient pas du même traitement, en dépit d’un système fiscal financé collectivement.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.