Vous êtes contraint d'élever votre ou vos enfants sans pouvoir compter sur la moitié qui vous a pourtant aidé à les concevoir ? Le fisc reconnaît qu'il s'agit-là d'une mission complexe. Il est donc prêt à vous aider.
Impôts : l'astuce à ne pas manquer quand on est parent seulIstock

Nombreux sont les Français à s’être d’ores et déjà acquittés de leur devoir citoyen. Et pour cause ! Jour après jour, la campagne de déclaration des revenus de 2020 en vue de la collecte des impôts dus au titre de 2021 avance. Peut-être est-ce d’ailleurs déjà votre cas ! Cependant, il importe de ne pas perdre de vue les divers avantages auxquels tout un chacun peut s’avérer éligible, au moment de renseigner le fisc. Tout dépend bien sûr de la réalité de votre situation et, aujourd’hui, Planet a choisi de se pencher sur les parents seuls ou “isolés”, ainsi que les décrit Bercy sur son site. Ces derniers ont, en effet, droit à des avantages fiscaux spécifiques.

Mais avant d’évoquer les dispositifs fiscaux qui leur sont adressés, il peut être pertinent de rappeler de qui il est véritablement question. Aux yeux de l’administration, sont donc considérés comme “parents isolés” les individus qui ont connu un divorce, une séparation ou une rupture de PACS l’année précédant celle durant laquelle sera perçu l’impôt. Dans le cas présent, elle doit donc être consommée au cours de l’année 2020. En outre, il ne faut pas avoir retrouvé de partenaire ou vivre en concubinage. Enfin, cela tombe sans doute sous le sens, il faut avoir au moins un enfant - ou une personne invalide - à charge et recueilli sous son toît.

Parent isolé : à quels avantages fiscaux a-t-on droit ?

Quiconque remplit toutes ces conditions s’avère donc éligible à l’avantage fiscal détaillé par l’article 194 (alinéa 2) du Code général des impôts (CGI), indique Capital.

Concrètement, le nombre de parts constituant le foyer fiscal des parents isolés est augmenté de 0,5, dès lors qu’ils “supportent à titre exclusif ou principal la charge d’au moins un enfant”, stipule le texte. Une demi-part supplémentaire susceptible de rapporter - ou de faire économiser ! - jusqu’à 3 704 euros. Attention, cependant. En cas de garde alternée, l’avantage sera moindre. Par défaut, la majoration chute à 0,25 pour un seul enfant. Reste, dans tous les cas, à savoir comment la demander au fisc !

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.