Sommaire

Impôts directs : "Il n’y a pas eu une baisse, mais bien une nette hausse depuis l’élection d’Emmanuel Macron"

L’ensemble des impôts directs suivants a été passé à la loupe, en se basant sur les chiffres de l’Insee : impôt sur le revenu, CSG et prélèvements sociaux, taxe foncière, taxe d’habitation, prélèvements sur les capitaux mobiliers, ISF (IFI à partir de 2018), droits de succession et de donation.

"Il apparaît que les impôts directs des ménages sont passés de 250,6 milliards d’euros en 2017 à 275,6 milliards en 2019. Soit une hausse - et non une baisse ! - de 25 milliards d’euros, dont 15,1 milliards pour les 20 % des ménages les plus aisés, soit ceux qui appartiennent aux deux derniers déciles de revenu disponible brut", détaille Agnès Verdié-Moliné dans les colonnes du quotidien économique.

"Si l’on regarde maintenant le poids des impôts directs par rapport au revenu disponible brut des ménages, on s’aperçoit, là encore, que celui-ci est passé de 18 % en 2017 à 18,7 en 2019 (et en points de PIB de 10,9 % à 11,4)."

Ainsi, entre 2017 et 2019, les 10% des ménages les plus riches (dernier décile), ont vu grimper les montants de CSG (+ CRDS et autres prélèvements sociaux) de 8,6 milliards d’euros.

Quid des retraités ?

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.