Les plus pressés ont jusqu'à mai pour remplir leur déclaration de revenus. Les autres pourront trainasser jusqu'en juin. Dans tous les cas, les parents d'enfants majeurs devront bientôt choisir de les rattacher ou non à leur foyer fiscal.
Impôts : avez-vous intérêt à déclarer un enfant majeur en 2020 ?Istock

Les deux solutions ne sont pas exemptes d’intérêt. Pour les parents dont les enfants sont désormais majeurs, le choix peut s’avérer peu évident : faut-il rattacher son rejeton au foyer fiscal ou, au contraire, opter pour la déduction d’une pension alimentaire ? Sans surprise, la réponse varie en fonction de la situation de tout un chacun mais Le Revenu revient en détail sur les grands mécanismes qu’il peut être intéressant de garder en tête.

D’abord, il importe de rappeler que tout parent ne peut pas profiter du rattachement fiscal de son enfant. Mécaniquement, il faudra donc se tourner vers la deuxième solution pour bénéficier d’une ristourne de la part des autorités compétentes en la matière.

Déduire une pension alimentaire : un choix plus pertinent ?

Ce n’est pas un mal : dans bien des circonstances, cette situation peut s’avérer plus avantageux.

En pratique, la déduction ne doit pas dépasser certains plafonds, explique le site du service public. Pour un enfant qui vit encore chez ses parents, le montant forfaitaire est de 3 535 euros. "Vous n’avez pas à fournir de justificatif. Vous devez indiquer cette déduction dans la partie Charges déductibles prévues par l’article 156 et 156 bis de votre déclaration d’impôt", rappelle encore le portail officiel.

Il est aussi possible, sous justification, de déduire d’autres dépenses pour leurs montants réels. En tout et pour tout, "la déduction totale ne peut pas dépasser 5 947 euros par enfant". 

Si l’un d’entre eux ne vit qu’une partie du temps en compagnie de ses parents, la somme totale sera cependant "réduite au prorata du nombre de mois concernés". S’il est définitivement parti, les choses changent d’avantage.

Les plafonds, par exemple, ne sont plus les mêmes : pour un "enfant célibataire chargé de famille", dont l’un des parents subvient seul aux besoins, il grimpe jusqu’à 11 894 euros. C’est vrai aussi pour un enfant pacsé ou marié, dont le couple survit grâce à l’aide d’un géniteur unique.

Dans tous les cas, il incombe à l’enfant majeur de faire la déclaration de la pension qui sera déduite par l’un ou les deux parents.

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.