L'Assemblée nationale examinait, ce lundi 11 octobre 2021, le projet de loi finances 2022 du gouvernement. Ce dernier comprend quelques évolutions, en matière d'impôts. Ce qu'il faut savoir.
Impôts 2022 : ce qui pourrait changer sur votre déclarationIstock
Sommaire

Emmanuel Macron va-t-il tenir sa promesse ? Depuis qu’il a été élu, le chef de l’Etat n’a cessé de le marteler : pas d’augmentation d’impôts le long de son quinquennat. Un engagement qu’il a respecté, pour l’essentiel — d’aucuns arguent en effet que le président de la République a procédé à des hausses d’impôts déguisées, comme l’expliquait Capital en 2020. C’est le cas de l’économiste Thomas Piketty, par exemple. Mais les figures de gauche ne sont pas les seules à le penser ! Agnès-Verdier Molinié, de l’IFRAP, dénonce le même genre de politique.

Cependant, ce qui importe désormais, c’est que la fin du mandat d’Emmanuel Macron approche doucement : cela signifie que la promesse prendra peut-être fin, s’il parvient à se faire réélire en 2022. Rappelons que, pour l’heure, Emmanuel Macron ne s’est pas officiellement porté candidat à sa réélection. Avant cela, cependant, il faudra aussi composer avec toutes les évolutions portées par le projet de loi de finances pour 2022 (PLF 2022) du gouvernement, que l’Assemblée nationale a commencé à examiner ce lundi 11 octobre 2021, rappelle LCI sur son site d’information. Ce dernier comporte un certain nombre de volets relatifs à l’imposition des contribuables.

Impôts : faut-il s’attendre à des évolutions en 2022 ?

Dans le détail, le gouvernement souhaite maintenir le calendrier des baisses d’impôts décidées avant la crise… et ce en dépit des lourdes dépenses engagées pour répondre au coronavirus Covid-19. Cependant, il ne faut théoriquement pas s’attendre à la moindre chute d’impôt non budgétée.

Concrètement, cela signifie que la suppression de la taxe d’habitation sur les résidences principales se poursuit au rythme prévu initialement : elle sera d’abord réduite pour les 20% des ménages les plus aisés en 2022 puis définitivement oubliée en 2023. Comme prévu, l’impôt sur les sociétés passe aussi à 25% pour l’intégralité des entreprises françaises.

Cependant, certains élus militent  pour modifier un peu ces propositions. Ce qu’il faut savoir.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.