La retraite approche et vous vous demandez si vous auriez dû déclarer ? C'est effectivement le genre d'informations que le fisc aime à avoir… Voilà ce qu'il aurait fallu faire.
Impôts 2021 : ce que vous auriez dû faire pour déclarer vos indemnités de départ à la retraiteIstock

Quiconque est parti à la retraite le sait : la cessation d’activité s’accompagne toujours d’une jolie prime. Son montant exact varie, parfois considérablement. Cela n’a rien de particulièrement surprenant, compte tenu de son mode de calcul, indique le site spécialisé TacoTax. Ce dernier s’appuie sur plusieurs critères, parmi lesquels l’ancienneté dans l’entreprise et la rémunération de l’individu concerné. Ainsi, tout salarié liquidant ses droits après dix à quinze ans passés dans la dernière entreprise de son parcours aura droit à un demi-mois en plus de salaire ; en guise d’adieu. S’il est resté entre 15 et 20 ans, la somme précise est plus importante : il aura alors un mois complet.

Après plus de 20 années passées à côtoyer les mêmes collègues, notre heureux retraité devrait théoriquement percevoir un mois et demi de salaire. Enfin, rester fidèles plus de trente ans durant à son entreprise permet de prétendre à une prime de départ en retraite de deux mois complets de rémunération. Un sacré coup de pouce qui n’est pas sans épauler certains des travailleurs les plus précaires… comme les plus aisés. Et qui intéresse donc grandement les impôts !

Faut-il déclarer les indemnités de départ à la retraite ?

Cette prime de départ, qui constitue en réalité une indemnité, est imposable. Vous vous devez donc de l’annoncer à l’administration fiscale. Le montant de l’impôt sera calculé selon la méthode du quotient.

En pratique, poursuit TacoTax, il s’agit d’un revenu dit "exceptionnel", dans le sens où il est ponctuel et non régulier. Il présente donc un certain nombre de spécificités en termes de fiscalité. Ainsi, la raison d’un départ à la retraite impacte considérablement son calcul : si le salarié est licencié, il n’aura pas à payer d’impôts, tant que le montant de la prime n’excède pas le plafond défini dans le cadre de la loi ou d’un éventuel accord professionnel. Il n’est pas non plus soumis à l’impôt dans le cadre d’une liquidation de droits faisant suite à un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.