La résidence principale bénéficie toujours d'un abattement de 30%, mais le diable se cache parfois dans les détails…
Istock

Haro sur l’immobilier ! Créé par la loi de finances du 30 décembre 2017, l’impôt sur la fortune immobilière s’applique dès cette année. La déclaration d’IFI doit être faite en même temps que celle portant sur les revenus.

Voici ce qu’il faut savoir pour remplir cette déclaration en limitant les risques de redressement.

Etes-vous concerné par cet impôt ?

Le seuil d’assujettissement des personnes physiques concernées est fixé à 1,3 million d’euros. L’assiette englobe tous les actifs immobiliers non affectés à une activité professionnelle.Seules les personnes physiques sont assujetties à l’IFI.

A lire aussi : Déclaration d’impôt 2018 : ces conseils imparables pour économiser jusqu’à 4 200 euros

L'imposition se fait par foyer fiscal et concerne les couples mariés quel que soit leur régime matrimonial. De même, les concubins ou les personnes pacsées font l’objet d’une imposition commune à l’IFI.

Quels sont les biens concernés par l’IFI ?

La liste est longue : il s’agit notamment des immeubles bâtis (maison, appartement, dépendances…) ou non bâtis (terrains, terres agricoles…) ainsi que des droits réels immobiliers (usufruit, nue-propriété, etc.).

Les parts de SCI, SCPI ou d’OPCI sont également concernés par cette taxation.

Comment les biens sont-ils évalués ?

La valeur à déclarer est la valeur vénale déterminée au 1er janvier de l’année d’imposition. La résidence principale bénéficie toujours d’un abattement de 30% Certains biens sont exonérés, essentiellement ceux qui ont un usage professionnel.

Sous certaines conditions, les terres louées sur le long terme, les parts de groupements fonciers agricoles (GFA) et les bois et forêts ne sont retenues que pour les 3/4 de leur valeur ;

Les intérêts d’emprunt sont-ils déductibles ?

Les dépenses d’acquisition comme les emprunts bancaires sont déductibles ainsi que les dépenses d’amélioration, de construction, de reconstruction ou d'agrandissement. Sont également déductibles, les dépenses de réparation et d'entretien supportées par le propriétaire pour le compte du locataire, et non remboursées ; enfin, la taxe foncière et la taxe sur les locaux vacants peuvent aussi être retranchées de la masse imposable.

Bon à savoir : selon certains professionnels, les dettes attachées au bien (comme les prêts immobiliers) ne pourraient être déductibles que pour 70% de leur montant puisque le propriétaire bénéficie d’un abattement de 30% sur la valeur du bien. Ce point devrait faire l’objet de précisions ultérieures.

Quand faut-il déclarer et payer l’IFI ?

La déclaration d’IFI est concomitante de la déclaration d’impôt sur le revenu. Certaines dépenses comme les dons réalisés au profit de certains organismes d'intérêt général peuvent être déduits. Le total de l'impôt sur le revenu et de l'IFI est plafonné et ne peut excéder 75 % des revenus de l'année précédente.

Quel est le barème de l’IFI ?

Le barème de l’IFI est le même que celui de l’ISF. Jusqu’à 800.000 euros, les biens échappent à la taxation. Au-delà de ce seuil, les taux s’échelonnent entre 0,50% et 1,5% selon la valeur du patrimoine. Les biens se situant dans une tranche située entre 1,3 et 2.570.000 millions d’euros, sont par exemple imposés à 0,70%.

Votre mutuelle santé au meilleur tarif ! Trouver la mutuelle adaptée à vos besoins !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.