Démarrée en 2018, la réforme de la taxe d’habitation offrira à certains contribuables une baisse d’impôt de 30% dès cette année, à condition de ne pas dépasser un revenu fiscal de référence spécifique.

Le plafond de base à ne pas dépasser pour être exonéré de la taxe d’habitation

Le plafond de revenus à ne pas dépasser pour obtenir une exonération de la taxe d’habitation, l’un des impôts locaux les plus impopulaires en France, dépend de la situation du contribuable (seul ou vivant en couple) et de son quotient familial (nombre d’enfants à charge). Ainsi, pour une personne célibataire et sans enfants, le revenu fiscal de référence (RFR prenant en compte l'abattement traditionnel de 10%) ne doit pas être supérieur à 27 000€. Sans l’abattement, cela correspond à un montant d’environ 30 000€ de revenus annuels, soit 2 500€ par mois.

Les autres plafonds pour être exonéré d’une partie de ces impôts locaux

Concernant les revenus à ne pas dépasser, le plafond d’exonération diffère donc selon la situation du foyer fiscal. Voici la liste des différents revenus fiscaux de référence à ne pas dépasser pour les personnes autres que célibataires et sans enfants :

- 35 000 € pour un célibataire avec 1 enfant ;

- 43 000€ pour un couple ;

- 49 000€ pour un couple avec 1 enfant ;

- 55 000€ pour un couple avec 2 enfants ;

- 61 000€ pour un couple avec 3 enfants.

Publicité
Si vous ne dépassez pas le plafond vous concernant, vous bénéficierez d'une diminution de votre taxe d'habitation de 30% en 2018, de 65% en 2019, et d'une exonération totale de cet impôt en 2020.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet