S'il y a bien une chose que Bercy n'aime pas, c'est la fraude. Pour empêcher les Français de tricher, le gouvernement a donc mis en place un nouveau dispositif redoutable. Celles et ceux qui pensaient pouvoir cacher des travaux d'agrandissement, par exemple, pourraient être déçus.
Connaissez-vous Accenture, la nouvelle arme anti-fraude du fisc ?IllustrationIstock

"Les premiers résultats sont très concluants", se réjouissent les équipes de Bercy. Au ministère de l'Économie, de l’Action et des Comptes publics, on se frotte les mains depuis la mise en place d’un nouveau logiciel capable de repérer les fraudeurs. Particulièrement celles et ceux qui apprécient les piscines : en l’espace de quelques semaines Accenture – c’est son nom – a identifié "environ 3000 piscines non imposées rien que dans les Alpes-Maritimes", écrit Le Parisien. Objectif affiché ? "Débusquer le contribuable qui n’a pas fait de demande de permis de construire. Aujourd’hui, les géomètres qui réalisent ce travail cherchent un peu une aiguille dans une botte de foin", expliquent les fonctionnaires des impôts.

Comment procède ce petit bijou que vient de s’offrir le ministère ? D’après le quotidien régional, il se base sur "une simple vue aérienne" pour repérer les erreurs de déclarations de cadastre. Et il le fait "à vitesse grand V", témoignent des agents qui ont assisté à une discrète réunion durant laquelle ont été dévoilés les résultats de l’expérimentation. En pratique, poursuit Le Parisien, le logiciel s’appuie sur l’intelligence artificielle pour croiser les déclarations fiscales, les vues aériennes et les plans cadastraux. S’il repère une anomalie, il déclenche alors un contrôle.

Fisc : à quel point Accenture est-il fiable ?

"Il peut même faire la différence entre une piscine hors sol, nous soumise à l’impôt, et une piscine enterrée", détaille un haut-fonctionnaire des impôts, questionné sur la performance du logiciel.

Pour autant le logiciel n’est pas infaillible. Dans la Drôme, il a repéré 150 locaux non soumis à l’impôt… Tous exonérés pour des raisons légitimes. Il en a aussi identifié 150 autres jugés "mal imposés" et qui, cette fois présentaient de réelles "défaillances sur des photos". Globalement les résultats de l’expérience, qui aura coûté près de 20 millions d’euros, sont jugés "très satisfaisants". Conséquence de quoi, le fisc entend déjà déposer en 2020 un appel d’offre pour généraliser le processus au-delà des trois seuls départements concernés actuellement.

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.