Les revenus fonciers correspondent aux revenus tirés grâce à la location de logement. Ainsi, ils doivent être déclarés comme des impôts basiques (les sommes perçus à l'année etc..). Toutefois, il existe plusieurs catégories de déclaration au sein des revenus fonciers. 
© Getty

Dans le cas d’une location vide, si le montant des recettes ne dépasse pas les 15 000 euros, le propriétaire ne sera imposé qu’à 70% des revenus. Les travaux et autres charges sont pris en compte dans l’abattement fiscal.

Exonérations, abattements : les règlesSi vos revenus excèdent les 15 000 euros, vous devrez calculer le revenus net foncier (revenus brut + déduction des charges). Si un bénéfice est perçu, la somme sera imposable. Dans le cas contraire, le déficit pourrait être imputé au revenu foncier global. Des formulaires sont prévus à cet effet.

Dans le cas d’une location meublée, si le montant de vos recettes est inférieur à 32 600 euros, vous bénéficierez d’un abattement forfaitaire de 50%. Abattement calculé par l’administration fiscale. Si le propriétaire perçoit des revenus fonciers supérieurs à 32 6000 euros, il devra déterminer le bénéfice ou déficit net engendré.

Dernier cas de figure, les personnes louant des pièces de l’habitation principale ou de la résidence secondaire sont exonérées d’impôt.

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.