En septembre dernier, le gouvernement a présenté son projet de loi de finances pour 2019. Selon des informations révélées par Le Parisien, l'exécutif prévoit de supprimer 22 petites taxes jugées peu rentables. Voici les principales…
Ces micro-taxes que le gouvernement va supprimer

La taxe hydraulique

1/17
La taxe hydraulique

 

La taxe sur les farines, semoules et gruaux de blé tendre

2/17
La taxe sur les farines, semoules et gruaux de blé tendre

Dans le cadre du budget 2019, le gouvernement veut s’attaquer aux "petites taxes" peu rentables et obsolètes. Il s’agit de celles qui dont le rendement est inférieur à 150 000 euros par an, rapporte Le Parisien. Le ministère du Budget en a retenu 22 parmi les 192 impôts entrant dans cette catégorie.

La taxe sur l’édition des ouvrages de librairie

3/17
La taxe sur l’édition des ouvrages de librairie

Le chantier de simplification fiscale, lancé par Edouard Philippe en mars dernier, débutera donc dès le 1er janvier avec la loi de finances 2019 et. Ces "micro-taxes" créent de la "complexité" et "handicapent la vie française", explique Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics. Pour celles qui ne sont pas encore concernées, il ajoute qu’elles "vont être supprimées peu à peu". Une seconde étape devrait avoir lieu en 2020, pour un montant de 400 millions d’euros de micro-taxes supprimées, indique le Huffington Post.

La taxe sur les céréales

4/17
La taxe sur les céréales

Cette suppression est également justifiée du fait que certaines petites taxes ont un coût de fonctionnement plus onéreux que les recettes qu’elles crééent. "Sur certaines taxes, les coûts de traitement sont 43 fois supérieurs à ceux de taxes à plus fort rendement", explique le Conseil des prélèvements obligatoires au Parisien.

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >