Sommaire

Baisse d’impôt : un portefeuille subtilement grevé pour financer une apparente baisse de la pression fiscale ?

Toutes les mesures du Projet de loi Finance 2019 (PLF 2019) ne bénéficieront pas au portefeuille des Français, précise le quotidien Les Echos. "Emmanuel Macron s’est engagé à ne pas créer de nouvelles taxes, certes. Cependant il ne s’est jamais engagé à ne pas jouer sur les impôts déjà existants. Il faut évidemment s’attendre à des jeux de bonneteau, comme le fait chaque gouvernement depuis 40 ans", analyse l’économiste. La majoration des taxes sur l’énergie en est un exemple. Au total elle devrait coûter environ 1,9 milliards d’euros aux ménages. "Le prix du tabac devrait augmenter, ainsi que celui du gasoil ou des édulcorants et donc des boissons sucrés", poursuit Philippe Crevel. C’est seulement en prenant compte de ces taxes en hausse que l’on arrive aux 6 milliards annoncés par le gouvernement. "Par ailleurs, si le ralentissement de la croissance se confirme, il faudra craindre des majorations plus franches. Le gouvernement pourrait être tenté par une fringale sur ce type de taxes", estime le spécialiste.

En pratique, toutefois, c’est plus la croissance qu’un jeu de vases communiquant qui permet au gouvernement de financer cette baisse d’impôts. "Il n’y aura pas, en 2019, de réduction du déficit. La grande architecture de l’Etat reste la même. Ce que fait l’exécutif, pour le moment, c’est redistribuer une partie des fruits de la croissance. Mais on attend encore le véritable plan de remise en l’état de l’économie française", indique Philippe Crevel pour qui ce PLF "ne fait pas dans la rigueur budgétaire".

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.