Quelques bouées de sauvetage permettent de réduire légalement une facture fiscale qui a bondi depuis 2012… 
©Getty Images
Sommaire

Selon l’OCDE, le taux de prélèvement obligatoire en France atteignait 45% en 2013, ce qui classe l'Hexagone au second rang des 34 pays étudiés par les experts de l’organisation internationale. Avec des hausses d’impôts qui ont représenté près de 70 milliards d’euros entre 2011 et 2013, beaucoup de contribuables ont aujourd’hui la tête sous l’eau. Quelques astuces permettent de réduire la facture.

1 - S’installer dans un département bien géré

Les dotations de l’Etat aux régions sont en baisse. Pour compenser ce manque à gagner, certains territoires vont trancher dans leur budget. D’autres joueront la hausse de la fiscalité locale. Pour limiter la casse, autant choisir un département économe.

La chaine BFMBusiness a récemment effectué un classement des bons et mauvais élèves sur la base des budgets primitifs 2014. Tout compte fait, ce sont le Morbihan, l'Indre et les Landes qui obtiennent la meilleure note. La Corrèze, l'Yonne et le Cher coiffent un bonnet d’âne. Selon la chaîne, "en terme politique, les départements gérés par la droite s'en sortent légèrement mieux que ceux administrés par la gauche".

2 - Défiscaliser

Au fil du temps, le nombre de niches fiscales a été réduit, mais certaines formules restent d’actualité.

Si vous cherchez une ristourne immédiate en étant prêt à endosser un minimum de risques, intéressez-vous à l’investissement au capital de PME via les FCPI (Fonds commun de placement dans l'innovation) ou les FIP (Fonds d'investissement de proximité). Ils vous permettront de défalquer 18% de cet investissement de votre feuille d’impôt (année n+1), dans la limite de 4320 euros pour un couple.

Autre solution : le nouveau système d’investissement immobilier locatif Pinel (jusqu’à 63 000 euros de réduction d’impôts sur 12 ans) ou encore à l’acquisition de forêts via un GFF (Groupement fonciers forestiers). Avec ce système, vous pourrez déduire 18% du montant investi de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 11 400 euros (pour un couple) en bénéficiant, par ailleurs, d’avantages successoraux.

3 - Demander une remise gracieuse d’IR

Si vos revenus ont baissé de 30% ou plus, la loi prévoit que vous puissiez obtenir l’étalement de votre impôt sur le revenu.

Cet étalement est automatique à condition de fournir les justificatifs (bulletins de salaire, etc.) au fisc. Si vous êtes vraiment au bord de la faillite personnelle, l’Etat peut vous accorder une réduction d’impôt sur le revenu (modération gracieuse), voire son annulation (remise gracieuse).

Evidemment, Bercy regimbe à écorner ses recettes fiscales. Mais, si votre situation le justifie, vous obtiendrez une réponse, au plus tard 2 mois après avoir formulé votre demande.

4 - Arrêter de payer votre femme de ménage au black

Que vous employiez une aide ménagère directement ou par l'intermédiaire d'une association ou d'une entreprise agréée, vous pouvez bénéficier d'une diminution d’impôt.

Cette réduction ou ce crédit d’impôt est égal à 50% du montant des dépenses effectivement supportées (salaires et charges sociales ou sommes versées à un organisme), dans la limite de 12 000 euros/an (15 000 euros durant la 1ère année d’emploi). Ces réductions s’appliquent notamment aux gardes d'enfants, soutien scolaire, assistance aux personnes âgées, heures de ménage, etc.

5 - Rénover un appartement ancien

Les opérations Malraux vous permettent de déduire 22 ou 30% du montant des travaux, dans la limite annuelle de 100 000 euros durant une durée de 3 ans (maximum).

Avec le régime des monuments historiques, vous êtes autorisé à retrancher la totalité des dépenses de rénovation de votre revenu global. Le régime du déficit foncier vous permet notamment d’imputer le coût des travaux sur vos revenus locatifs puis, cerise sur le gâteau, à concurrence de 10 700 euros, sur le revenu global de l’année pendant laquelle la rénovation a été effectuée.

En vidéo sur le même thème - Impôts : et si je ne peux pas les payer ? 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.