Une déclaration pas si simple. Malgré la mise en place du prélèvement à la source, vos revenus de 2018 doivent être transmis au fisc. Si vous n'y prêtez pas attention, certains points peuvent vous faire perdre gros.

Le passage au prélèvement à la source (PAS) nécessite une période de transition. Car la neutralisation de l’impôt dû au titre des revenus de 2018, baptisée CIMR (crédit d'impôt pour la modernisation du recouvrement) ne s’applique qu’aux revenus habituels. Les revenus exceptionnels, demeurent, eux, imposables. C’est l’une des raisons pour laquelle vous devez encore remplir la traditionnelle déclaration. Cela vous permettra par la même occasion de vérifier si vous êtes éligible à des réductions d’impôts, et de réactualiser si besoin votre taux du PAS, rappelle Les Echos.

Publicité
Publicité

Autant de sujets qu’il convient d’étudier avec précaution.

Départager les revenus habituels des revenus exceptionnels 

Ces listes vous permettront de faire la différence entre les deux, note le site Francetransactions

Les revenus non exceptionnels regroupent entre autres : salaire, 13ème mois, prime de Noël, heures supplémentaires, primes de performance, pensions de retraite…

Les revenus exceptionnels, sont, par nature, ceux qui ne sont pas renouvelés chaque année : indemnités de rupture de contrat de travail, prime de départ à la retraite, primes ou gratifications sans lien avec le contrat de travail, régularisations de salaire versées en 2018 au titre de 2018 ou années antérieures, intéressement…

Ceux-ci sont à déclarer dans les cases dédiées à cet effet.

Une fois cette partie effectuée, il faudra se pencher sur la taxation forfaitaire, appelée "flat tax".