Acheter une maison à 1€... L'idée semble folle, mais c'est vrai : la mairie de Roubaix l'a fait. Est-ce qu'il s'agit d'un vrai bon plan ? Patrice de Moncan, économiste spécialisé dans le marché du logement nous répond.

Acheter une maison à 1€, c’est désormais possible : depuis le 20 mars 2018, la ville de Roubaix met en vente des maisons à ce tarif ultra-compétitif. Dans l’immédiat, ces logement inoccupés appartiennent à la municipalité, à la Métropole Européenne de Lille (MEL) où à des bailleurs sociaux. A la vente, on trouve des bâtiments de deux à cinq pièces, entre 60 et 126m². L’initiative est inspirée de la mise en vente d’une maison à une livre à Liverpool ainsi que de “l'expérience personnelle” du maire de Roubaix, Guillaume Delbar (ex-LR).

Une initiative heureuse... pour 17 élus

En contrepartie d’un prix si faible, l’acheteur doit cependant remplir quelques conditions. Tout d’abord, il doit s’engager à vivre au moins six ans sur place, être primo-accédant… et surtout, il doit prendre en charge l’intégralité des travaux de réhabilitation qui sont estimés entre 70 000 et 100 000 euros. “Au final, les maisons reviendront environ 20% moins cher que le prix du marché pour un bien avec travaux. Cela reste une très bonne affaire”, atteste Guillaume Delbar chez LCI. Une analyse qui laisse Patrice de Moncan, économiste spécialiste du marché du logement et historien de la ville, assez sceptique. “La ville de Roubaix ne propose que 17 logements à la vente. Elle a déjà reçu, selon ses dires, des milliers de dossiers. A partir de là il est certain que nos 17 élus feront une bonne affaire car ils seront sélectionnés et choisis parmi les candidats solvables, capables de gérer le contrecoup financier des travaux. En situation réelle, avec les 2000 logements vacants de Roubaix mis en vente, ce ne serait évidemment pas le cas de tout le monde”, indique l’économiste.

Dans l'absolu, Patrice de Moncan le concède, l'initiative pourrait être intéressante. “Bien évidemment, acheter une maison à 1€ ressemble à une bonne affaire et présente des avantages. C’est l’assurance d’avoir un toit au dessus sa tête et de ne plus avoir à payer de loyer. Dans le cadre de logements sociaux, on sait aussi que l'achat entraîne davantage de responsabilisation des nouveaux propriétaires." Toutefois, telle qu'elle est mise en place, l'offre du maire tient selon lui de l'effet d'annonce. "La vente de ces logements ne concernera finalement qu'une trentaine de personnes alors que la ville compte pratiquement 100 000 habitants. Ce n'est même pas un test !" S'indigne-t-il.

“En admettant que l’estimation du maire soit vraie et que les maisons proposées à la vente reviennent 20% moins cher, alors le paiement de la maison se fera simplement en différé”, tempère l’historien, pour qui l'offre manque cruellement de clarté et d'informations. Il estime par ailleurs que la promesse du maire de Roubaix est erronée. “Les maisons en question reviennent peut-être 20% moins cher que des logements achetés sur un marché dynamique, mais ce n’est pas le cas de celui-ci. Ce marché-là est en déshérence, la comparaison perd évidemment de sa pertinence”, juge-t-il.

Un marché local déprécié

Ce qui ne veut pas dire que, pour les 17 ménages que la mairie va sélectionner, la situation sera nécessairement complexe. “Pour eux, il n’y a pas de désavantage particulier à acheter une maison à 1€ plutôt que de passer par le marché traditionnel. Tant qu’ils sont attentifs à l’environnement (présence de commerces, d’écoles, de transports et de lieux de culte) dans lequel elle est située, tout devrait aller”, explique Patrice de Moncan.

Publicité
L’économiste s’inquiète davantage pour les propriétaires qui ont investi à Roubaix avant l’offre de Guillaume Delbar. “Naturellement, cette initiative va déprécier l’image du marché local. Les propriétaires qui vivent dans le quartier ou qui sont voisins des maisons en vente ont des raisons de s’inquiéter : peu importe l’estimation qui sera faite de leur bien, l’euro symbolique dépensé pour acquérir la maison d’à côté restera dans les esprits”, souligne l’historien de la ville. Il n’est pourtant pas exclu que le marché se revalorise, mais cela prendra du temps.

Vidéo : La vie immo: On ne peut pas vendre un bien si le chauffage ne fonctionne pas ! - 21/03 


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité