Sommaire

Immobilier : la ville va-t-elle vraiment souffrir du coronavirus ?

Pour Michaël Benchalat, certaines régions devraient tout de même tirer leur épingle du jeu. En effet, à ses yeux, certaines métropoles ont plus d'atout que d'autres. "Je pense à des villes attractives pour ces raisons comme Nantes, Rennes, Bordeaux, Lyon, voire Marseille", estime-t-il.

D'autres misent sur "une explosion du marché du locatif", comme c'est le cas de Yann Jéhanno, le président du réseau immobilier Laforêt. Selon lui, "la location saisonnière devrait être prisée" et les Français "rechercheront une maison avec un jardin, voire une piscine, selon les secteurs géographiques". Vous savez dans quoi investir, donc.

Pour autant, est-ce à dire que de grandes cités, comme Paris, pourrait souffrir de la situation actuelle ? Pour Philippe Crevel, une baisse des prix de l'immobilier est probable. "Tout dépendra du niveau de revenu des Françaises et des Français et des facilités d'emprunts qu'accorderont les banques. S'il n'est pas possible de contracter un prêt, les tarifs à la vente vont mécaniquement chuter. De toute évidence, le coronavirus Covid-19 met en relief certaines des exagérations de nos marchés et il est probable que cela se concrétise par la fin du cycle haussier en ville. Voire un tassement des prix", analyse-t-il.

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.