Si d'un côté, de nouvelles idées pour alourdir les taxes sur l'immobilier déferlent, le ministre du Logement, affairé à stabiliser la fiscalité sur l'immobilier, rappelle un fait: "La majorité des propriétaires fait partie de la classe moyenne voire la classe moyenne inférieure". Qu'en est-il réellement ?
IllustrationIstock

Les propriétaires sont-ils forcément riches : préjugé ?

Taxation des droits de succession alourdie, imposition des plus-values sur les résidences principales… En ce début 2019, de nouvelles propositions fiscales sont émises. Mais l’idée selon laquelle les propriétaires sont riches reflète-t-elle vraiment la réalité ?

Publicité

Pour Julien Denormandie, ministre du Logement, ce n’est pas le cas de la majorité : "La majeure partie des propriétaires fait partie de la classe moyenne voire de la classe moyenne inférieure. Ils ont travaillé dur pour se constituer un patrimoine et le transmettre à leurs enfants", a-t-il indiqué cette semaine.

Publicité

Afin de dresser leurs portraits, il faut se référer aux derniers chiffres publiés par l’Insee, comme l’a fait Le Figaro. Trois critères principaux ont été étudiés : l’âge, la situation familiale et les revenus.