A part les frais de notaire, tous les paramètres du marché jouent en faveur des acheteurs même si les prix reculent moins vite qu’attendu par les Cassandre. Tous les détails avec Planet.fr.

Evidemment, il y a la hausse des frais de notaire, dus par l'acheteur d'un bien immobilier et qui ont augmenté (+0,7%), depuis le 1er mars 2014, dans la plupart des départements français à quelques exceptions dont : Paris, les Yvelines, les Bouches-du-Rhône, l'Isère, la Loire-Atlantique et le Val d'Oise (Au 1er mai 2014). A part ce nuage noir, la météo immobilière est favorable aux acheteurs. Voici les raisons de ne pas différer un achat immobilier si vous avez ce projet en tête.

 

1. Les taux sont à un niveau plancher. En moyenne, avec un profil financier solide, il est actuellement possible de s’endetter à taux fixe autour de 3,50/3,70% sur 25 ans, de 2,9/3,30% sur 20 ans et de 2,5/3% sur 15 ans. "C'est la première fois depuis la fin des années 40 que les taux des crédits restent aussi bas, pendant aussi longtemps (…)", relevait récemment l'Observatoire Crédit Logement /CSA. Autant profiter des conditions sans attendre car le printemps est la période ou les banques font des efforts commerciaux pour attirer le chaland.

 

Cette baisse des emprunts à taux fixe est liée à celle des OAT à 10 ans sur laquelle s’arriment les prêts bancaires à taux fixe. Leur taux a sombré sous la barre des 2%. Rien ne prouve que le taux des OAT ne reprendra pas le chemin de la hausse durant les prochains mois si les investisseurs étrangers se détournent de la dette tricolore.

 

2. Les prix de l’immobilier flageolent. En 2014, les experts immobiliers estiment que le marché pourrait perdre - 2% après avoir lâché - 1,5% en 2013. Particulièrement pessimiste, le réseau Meilleurs/agents.com voit même les tarifs fondre de - 7%.

 

Selon l’indice Notaires-INSEE, du quatrième trimestre 2013, le prix des logements anciens a baissé de 1,7% sur un an. Même Paris, ville de toutes les spéculations, a vu le m² céder près de - 3% en 2013. Un nouveau repli de + ou – 2% est attendu cette année après le petit sursaut enregistré début 2014.

 

Le recul des prix touche les petites surfaces mais aussi la pierre de prestige. Selon la dernière étude réalisée par le réseau international Daniel Féau - Christie's International Real Estate, les ventes de biens évalués à plus de 720 000 euros (niveau de comparaison internationale) a chuté de 7,5 % à Paris alors qu’il progressait dans la plupart des grandes métropoles internationales. Cela n’empêche évidemment pas des ventes exceptionnelles comme celle de cet appartement du quai Conti (75006) vendu 46 200 euros du m² selon le magazine Challenges.

 

En province, si on fait exception de certaines capitales régionales comme Marseille ou Lyon, où les prix augmentent en moyenne de 2%, beaucoup de marché locaux (Eure-et-Loir, etc.) sont à la baisse. Aucune amélioration n’est prévue à court terme. D’après les dernières statistiques notariales (avril 2014), la baisse des prix devrait se poursuivre au moins durant 1er semestre 2014. Tant pour les appartements que pour les maisons.

 

3. Effets de la loi Alur. Les délais de vente s’allongent partout en France. Il faut désormais environ 60 jours pour vendre un bien à Paris (+ 10 jours) et 84 dans le reste de la France contre à peu près 80 jours en 2013. Jusqu’à présent, les vendeurs regimbaient à baisser les prix en attendant des jours meilleurs mais la loi Alur assombrit la perspective. Ce texte voté à la demande des verts, alourdit les contraintes pesant sur les propriétaires bailleurs.

 

Publicité
Trêve hivernale sur les expulsions locatives (novembre/mars), réduction de loyer en cas de travaux de plus de 21 jours en cours de bail, création d’un contrat de colocation, alourdissements administratifs à tous les étages : ces nouveaux coup de vis accablent des propriétaires déjà sonnés par la dérive de la fiscalité locale. Les investisseurs désertent le marché. Certains bailleurs pourraient être tentés de se dégager du secteur locatif et de vendre. Moralité : une fois le bien de vos rêves repéré, rien ne vous empêche de discuter fermement le prix de vente avec des cédants qui pourraient se montrer plus compréhensifs que par le passé.

 

A voir sur le même thème : Chasseur immobilier, c'est quoi ? 

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet