Vos droits lors de la succession

Le conjoint survivant est un héritier. Si aucune disposition n'a été prise (donation au dernier vivant, testament...) et : 

Si votre conjoint ne laisse ni enfants, ni parents, vous héritez de la totalité des biens en pleine propriété. 

S'il ne laisse pas d'enfants, mais a encore ses parents, vous héritez de la moitié des biens en pleine propriété et ses parents reçoivent un quart chacun. Si un seul des deux parents est en vie, vous recueillez ¾ des biens.

En présence d'enfants communs, le conjoint a le choix entre le quart de la succession en pleine propriété et la totalité en usufruit, il s'agit d'un droit d'usage sans en être le propriétaire.

Si le défunt laisse des enfants qui ne sont pas issus du même couple, le conjoint n'a qu'une possibilité : percevoir le quart en pleine propriété.

L'important : la résidence principale du couple et les meubles qui occupent la maison sont accordés en priorité au conjoint survivant. Souvent, le droit viager n'est pas utile, car de nombreux couples se sont faits une donation au dernier vivant. Un acte notarié qui permet notamment de donner l'usufruit des biens à la personne qui reste. 

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.