Les taux repartis à la hausse et la reprise de l’inflation

Jusqu’à présent la hausse des prix au m² était compensée par le niveau historiquement bas du taux de prêts immobiliers. Mais la donne change. Orientés à la baisse jusqu’à l’été 2018, les taux sont désormais à la hausse. En novembre, selon Vousfinancer.com, agence de prêt immobilier en ligne, près de 70% des courtiers ont constaté une hausse des taux pratiqués par leurs partenaires banquiers. Ces hausses se situent entre 0,05 et 0,20%.

Autre élément négatif, bien que l’Insee affirme le contraire, le revenu des ménages baisse ou stagne dans le meilleur des tandis que l’inflation repart. Selon l’Insee, les prix ont progressé de 2,2% durant les 12 derniers mois (à fin octobre 2018). Les salaires n’ont pas suivi. Or, moins de revenus, c’est moins de pouvoir immobilier.

Craignant une désolvabilisation de leurs clients, les banques ont commencé à durcir les conditions d’attribution des crédits immobiliers, pour tous les profils d’emprunteurs. Elles regimbent par exemple à financer les primo-accédants ou encore à prêter sur de longues périodes (25 ans ou plus).

Cette situation à de quoi plomber le moral des ménages de moins de 35 ans qui compensaient justement la hausse des prix en lissant leur effort financier dans la durée : aujourd’hui, 34% des jeunes acheteurs s’endettent sur 25 ans ou plus alors qu’ils n’étaient que 20% en 2014.

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.