Vous le savez, les achats sur Internet sont facteurs de risques. Cependant, les hackers ont trouvé un domaine qui leur permet de gagner gros… L'immobilier. Explications.
IllustrationAdobe Stock

Achats immobiliers : les transactions en ligne ciblées par les hackers

Entre 2015 et 2017, le nombre de victimes de piratages informatiques dans le domaine de l’immobilier a été multiplié par dix et les pertes par plus de vingt, selon les données du FBI que rapporte Capital. D’après la police fédérale américaine, 10 000 victimes se sont manifestées en 2017 pour un total cumulé des pertes de 56 millions de dollars (soit environ 47,6 millions d'euros).

Le procédé des hackers est bien rodé. Les escrocs repèrent des échanges de mails entre les agents immobiliers et leurs clients. Ils restent ensuite très attentif à l’avancée des négociations et surtout au moment de la transaction financière venant conclure la vente. C’est là que les pirates informatiques interviennent.

Avant le paiement en ligne, ils se font passer par mail pour l’agent immobilier ou le vendeur auprès de l’acheteur. Les usurpateurs lui communiquent alors de nouvelles coordonnées bancaires sous un faux prétexte. Objectif : les fonds sont alors directement versés sur un compte leur appartenant. Une manœuvre rapide qui floue l’acheteur. Quand celui-ci s’en rend compte, il est déjà trop tard l’argent et le pirate ont disparu.

Aux Etats-Unis, James et Candace Butcher ont ainsi perdu les 272 000 dollars (231 000 euros) versés pour l’achat de la maison de leurs rêves, rapporte Capital. Les hackers avaient piraté la boîte mail de l’intermédiaire chargé de faire transiter les fonds et modifié les informations bancaires pour récupérer la somme. Si la fraude aux virements électroniques recouvre de nombreux secteurs, celui de l’immobilier est très prolifique pour les pirates informatiques.

A lire aussi : Séducteur arnaqueur : la technique de ce dragueur pour ne rien payer au restaurant

Achats immobiliers : des systèmes électroniques peu sécurisés

Les transactions immobilières leur permettent de récupérer de grosse somme à chaque arnaque. De plus, les systèmes électroniques sont peu sécurisés dans le secteur immobilier. Cependant, les agences immobilières et les intermédiaires peuvent aussi engager leur responsabilité. En juin dernier, un tribunal fédéral de Kensas City a condamné une agence à rembourser aux acheteurs 85% de la somme piratée, relaie Capital.

Ces arnaques provenant de mails piratés sont difficiles à détecter. Bien souvent, il est impossible de retrouver l’argent. Celui-ci transitant de compte en compte jusqu’à ce que l’on perde sa trace. Les réseaux de hackers mettant en œuvre ce type de fraudes semblent venir de l’étranger, notamment de Russie et d’Afrique, selon Sherrod DeGrippo, responsable des menaces au sein de Proofpoint, spécialisé dans la sécurité informatique, dont se fait l’écho Capital.

La méthode a également fait des victimes en dehors des Etats-Unis. En janvier 2016, The Telegraph (version paier) signalait que ce phénomène prenait de l’ampleur en Grande-Bretagne. Une centaine d’affaires avaient alors été recensées avec un préjudice moyen de 148 000 euros. Alors, si vous devez effectuer un virement en ligne lors d’un prochain achat immobilier, vérifiez par deux fois tous les changements d’informations. Et surtout, n’hésitez pas à contacter directement par téléphone les parties prenantes pour avoir une confirmation des modifications.

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.