À l'occasion d'un achat immobilier, il est souvent nécessaire de contracter un prêt. Pour se protéger d'un éventuel défaut de remboursement, la banque est en droit d'exiger une garantie financière. Dans le cas d'un achat d'un bien immobilier, il s'agit généralement d'une caution ou d'une hypothèque.

Prêt immobilier et hypothèque

Lors de la souscription d'un prêt pour réaliser un achat immobilier, la banque est susceptible d'exiger une hypothèque afin de se protéger. En cas de défaillance de l'emprunteur, la banque pourra procéder à la saisie et à la vente du logement qui a été financé grâce au prêt afin de récupérer les sommes dues. Le coût d'une hypothèque est généralement plus élevé qu’une caution puisqu’il prend en compte les émoluments du notaire, la contribution de sécurité immobilière et les droits d'enregistrement. En outre, la caution est généralement la solution de garantie la plus souple lors de l'achat d'un bien immobilier.

Achat immobilier et caution bancaire

Publicité
Dans le cas d'une caution, c'est un organisme qui se porte garant pour l'emprunteur. En cas de défaillance, l'organisme de prêt récupérera l'argent auprès de l'assurance. Ce paiement est déclenché après 3 à 4 échéances impayées. L'assureur va ensuite se rapprocher de l'emprunteur afin de trouver une solution à l’amiable. Si aucun accord n'est trouvé, l'établissement va procéder à l'inscription hypothèque judiciaire du bien immobilier, et ce, aux frais de l'emprunteur, avant de procéder à la saisie et à la vente. Les sommes que verse l'emprunteur sont généralement restituées à la fin du contrat par l'assureur. N'étant cependant pas réévaluées, ces sommes sont bien souvent désuètes après plus de 20 ans de crédit.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet