Comme il l'avait promis après la tuerie de Christchurch, Facebook a décidé de renforcer les mesures contre la diffusion et le partage en direct d'images violentes. L'outil Facebook Live sera interdit aux personnes qui enfreignent les règles de sécurité du réseau social.
Facebook interdit les Live aux personnes dangereuses et qui propagent la haine
Publicité

« Cela a été un acte horrible, tragique pour la Nouvelle-Zélande et pour le monde entier, qui nous a tous choqués. Et face à cette diffusion de cette vidéo – 17 minutes c'est bien trop, trente secondes c'est trop, une seconde c'est trop. Bien sûr qu'il faut prendre des décisions. » Le président de Facebook France, Laurent Solly a confirmé ce matin, au micro de France Info, que le réseau social avait pris des mesures pour éviter qu'une vidéo comme celle du massacre de Christchurch soit à nouveau filmée en direct, puis partagée sur son réseau.

Publicité

Première décision forte : l’outil Facebook Live pourra désormais être suspendu pour ceux qui « auraient enfreint nos règles les plus sensibles et les plus strictes de sécurité », poursuit Laurent Solly. Concrètement, quelqu’un qui avait déjà posté ou partagé une image ou une vidéo violente, ou qui est abonné à une page qui a déjà reçu des avertissements, ne pourra plus utiliser Facebook...