Manque de lumière, vents et poussière, étroitesse des lieux.. Autant de phénomènes qui peuvent perturber le vol et l'orientation des appareils volants miniatures comme les drones. Pour concevoir des capteurs légers et discrets, les scientifiques ont décidé de s'inspirer des moustaches des chats.

Des chercheurs de l’université de Queensland à Brisbane en Australie ont présenté un nouveau système de capteurs lors de la conférence internationale sur la robotique et l’automatisation à Montréal. Ces nouveaux capteurs, qui s’inspirent des vibrisses des animaux, pourraient offrir une alternative économique pour des robots qui ont une puissance de calcul limitée.

Publicité
Publicité

De nombreux animaux possèdent des vibrisses, sous forme de plumes chez les oiseaux, et sous forme de moustaches chez divers types de mammifères. Chez les chats, les moustaches sont composées de longs poils extrêmement sensibles, non seulement au toucher, mais également aux mouvements de l’air. Les chercheurs ont voulu reproduire ces poils pour permettre aux robots de détecter leur environnement.

Un capteur alternatif léger et bon marché

Beaucoup des recherches sur les capteurs embarqués sur les robots comme les drones sont axées autour des caméras, avec des algorithmes de plus en plus...